Upcycle, composter pour la résilience alimentaire des territoires

© UpCycle
2 Mar 2022 | Lecture 2 minutes

Upcycle accompagne ses clients, grands producteurs ou collectivités territoriales, dans la mise en place de solutions qui permettent le retour à la terre des biodéchets en les valorisant par compostage électromécanique.

3 questions à Margaux MOI, directrice du département conseil chez Upcycle, pour découvrir les solutions de valorisation des biodéchets et leur impact social.

Pouvez-vous nous présenter Upcycle et les origines du projet en quelques mots ?

« Upcycle est une entreprise de l’ESS qui œuvre pour le retour à la terre des biodéchets. Nous avons développé une solution de compostage électromécanique qui permet de transformer en compost, sur site ou à l’échelle d’un quartier ou d’un territoire, les déchets alimentaires (y compris les déchets provenant de viande, d’agrumes, etc). Nous sommes partis d’un constat simple :  les biodéchets sont souvent collectés, incinérés, ou enterrés, alors qu’ils sont composés à 95% d’eau ! Cela a des coûts environnementaux et économiques très importants.

C’est pourquoi nous travaillons depuis 2011 au développement d’une solution qui permette la revalorisation sur place des biodéchets, via du compostage électromécanique, ce qui limite les coûts de déplacement. Le projet engendre aussi d’autres externalités positives sur le territoire en ramenant le biodéchet là où il est produit, en sensibilisant sur la résilience alimentaire ou en créant du lien avec des fermes urbaines. Nous observons aussi que nos composteurs au sein de quartiers créent du lien social et favorisent le partage de compétences entre les habitants. Le composteur est donc pour nous un outil indispensable à la résilience d’un territoire. »

Pouvez-vous nous en dire plus sur le modèle de compostage proposé par UpCycle ? 

« Nous avons développé un composteur électromécanique : un entre-deux entre le composteur partagé (un bac en bois) et le composteur industriel. Il peut accueillir entre 10 et 200 tonnes de biodéchets par an. Le processus de compostage est naturel, mais accéléré puisqu’il se fait en milieu fermé. Les bactéries s’y développent plus rapidement avec une montée en température plus rapide. Il est aussi doté d’un axe avec des pales qui mélangent la matière et permet une bonne aération. La machine est connectée, ce qui permet un suivi des matières versées, de la température du composteur, et un reporting très transparent pour nos clients.

Au bout de 14 jours, un compost frais sort. Il ne peut pas être utilisé immédiatement et doit être maturé entre 8 à 10 semaines pour devenir utilisable en agriculture organique. »

© UpCycle

© UpCycle

Avec quels acteurs de la ville travaillez-vous et quel est l’accompagnement d’UpCycle ?

« Nous travaillons avec de gros producteurs : des sièges d’entreprises pour leurs restaurants d’entreprises, des galeries marchandes et aussi des grandes surfaces, des collectivités, des bailleurs sociaux, et des promoteurs immobiliers, pour les déchets alimentaires des habitants : dans ce cas ils installent des composteurs Upcycle au pied des immeubles. Nous avons déjà une centaine de clients partout en France.

En termes d’accompagnement nous sommes présents en amont des projets, tout le long et aussi sur la durée.

Nos équipes s’impliquent avec nos clients pour que leurs projets de compostage électromécanique soient couronnés de succès, et obtiennent les impacts attendus : sociaux, légaux, économiques via la création d’emplois, fédérateurs. Cela passe par de la formation, un logiciel que nous avons développé et qui permet un suivi à distance du process, et aussi une équipe « opération » dédiée qui suit chacun de nos clients du démarrage du projet jusqu’à l’autonomie avec nos machines.

A cela s’ajoute une activité de conseil. Nous aidons des collectivités ou des entreprises à identifier les meilleures solutions pour gérer leurs biodéchets. Parfois elles veulent dimensionner leur projet de gestion de leurs biodéchets ( en termes de volume, de moyens de collecte, etc.) ou souhaitent des solutions pour des déchets plus insolites comme le marc de café, des couches compostables, des emballages compostables…

Enfin, notre pôle conseil mène aussi, pour certains clients, des projets d’agriculture urbaine. Vecteurs de liens sociaux, de résilience et de bien-être pour les habitants, nous faisons des recommandations auprès des villes dans le cadre d’une rénovation de quartier. Nous sommes capables de concevoir des fermes urbaines sur un toit d’immeuble, dans un parking, ou toute autre surface inoccupée.”

Les Petites Rivières
+ 27 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir