Un tramway nommé sécurité

1 Fév 2022 | Lecture 4 min

En 2018, 48 % des Français utilisent le tramway dans le cadre de leurs déplacements journaliers. Sur cette même année, 1650 collisions et accidents divers ont été recensés sur la commune nantaise. Stanley Piffard, conducteur de tramway à Nantes, est également un designer passionné de transport. Il a étudié l’accidentologie inhérente à ce type de transport et a pensé 3 solutions ingénieuses pour contrer le risque d’accident.

TRAMWAY ET SÉCURITÉ : UN ÉTAT DES LIEUX ALARMANT

Tout d’abord, une cartographie des usages liés aux tramways en France s’impose. Savez-vous combien de villes françaises utilisent ce transport en commun ? 31. Celles-ci possèdent un réseau de tramways qui se déploient eux-mêmes sur 83 lignes et sur 75,7 km de l’ensemble du territoire national. Ce type de transport doux facilite la vie de 1136 millions de voyageurs et  comptabilise non moins de 1439 rames en circulation. C’est donc un vaste réseau de transport, populaire, accessible, peu polluant et très largement intégré aux usages quotidiens.

Néanmoins, ce type de transport en commun provoque de nombreux accidents, notamment avec les piétons circulant autour des véhicules. En 2016, sur 146 incidents piétons, 72 % étaient en lien direct ou indirect avec le tramway. Ce chiffre révèle l’ampleur d’un phénomène inquiétant. Dans plus de la moitié des cas, les victimes sont des jeunes âgés de moins de 24 ans.

Quelles sont les causes de ces collisions ? Comment pourraient-elles être évitées ?

-> Intervention n°1 :  LE SAFETYSCREEN

La réalité augmentée comme alliée

SafetyScreen utilise la réalité augmentée pour prévenir le conducteur de potentielles zones de dangers se trouvant sur l’itinéraire du tramway.

Le conducteur étant le seul maître à bord de son véhicule, il doit anticiper les dangers pouvant entrainer des collisions ou chutes de voyageurs. C’est la raison pour laquelle Safetyscreen est inséré dans la loge du véhicule. Il peut être soit ajouté aux installations déjà existantes, soit intégré à l’arrière de la console de commande.

Il avertit des dangers et obstacles lors du passage du tramway dans différentes zones urbaines spécifiques :

  • aux intersections, carrefours et passages piétons ;
  • aux lieux de passage inappropriés pour les piétons ;
  • aux lieux où la visibilité gêne le conducteur ;
  • aux lieux où la signalisation est hasardeuse.

Comment fonctionne-t-il ?

Un projecteur affiche les informations embarquées sur le pare-brise ou sur une pièce en verre apposée sur la console de commande. Sur la partie haute du pare-brise, des images extérieures apparaissent, comme un buisson qui gène la visibilité des piétons, par exemple. La partie basse du pare-prise mentionne, sous forme d’informations textuelles, des éléments tels que le nombre de passages piétons, l’état du trafic routier, etc.

Le Safetyscreen © Stanley Piffard

Le Safetyscreen © Stanley Piffard

Grâce à l’historique de données de la SEMITAN, Société d’économie mixte des transports en commun de l’agglomération nantaise, toutes les zones accidentogènes de la ligne de tramway concernée sont répertoriées. Safetyscreen est également équipé d’un détecteur de mouvements qui capte des informations en temps réel : approche potentielle d’un véhicule, d’un vélo ou de tout autre usager sur la voie publique.

Simple d’installation, il peut être commandé par un exploitant (ex : SEMITAN) auprès d’un constructeur (Ex. : ALSTOM) pour être intégré à la console de commande du véhicule. Ses principaux bénéfices ? Réduire le niveau de stress du conducteur, améliorer ses délais de réactivité en cas de danger et limiter le risque d’accident.

-> Intervention n°2 :  HAETTA, dispositif de marquage au sol

Hætta* est un dispositif de marquage et d’incrustation au sol qui avertit le conducteur et les automobilistes à l’approche du tramway sur un carrefour ou un sens giratoire. Composé de dalles lumineuses et de marquage au sol, visibles jour et nuit, il vise à réduire le nombre de collisions sur les croisements entre voies de tramway et voies routières ou pistes cyclables.                             

Haetta © Stanley Piffard

Haetta © Stanley Piffard

Qui concerne-t-il ?

Il y a deux types de cibles :

  • le conducteur de tramway pour lequel l’approche d’un carrefour est toujours sensible et risquée, surtout aux heures de pointe ;
  • les usagers des voies routières et des pistes cyclables.

Alors qu’en 2012, le taux de non-respect des feux rouges clignotants était de 2 %, il varie actuellement entre 5% et 35% selon la circulation, la durée du feu et la congestion du trafic.

Où est-il situé ?

Ce dispositif est installé aux lieux de conflit précis entre voies de tramways et voies routières/pistes cyclables. Il se situe avant la ligne délimitant la voie propre du tramway, là où rien ne doit se trouver lors du passage du tramway, au risque d’une collision.

Comment opère-t-il ?

Les dalles lumineuses sont intégrées au goudron de la chaussée et équipées d’un capteur positionné en aval du carrefour, dans le sens de la circulation du tramway. Celui-ci déclenche la cinématique lumineuse des dalles. Ce système est couplé à un ensemble de marquages au sol utilisant l’effet d’illusion d’optique. Il est adaptable à chaque carrefour, en fonction de la place disponible au sol.

Flowell, système de dalles lumineuses en phase de test à Nantes

Flowell, système de dalles lumineuses en phase de test à Nantes

-> Le procédé de conception et de fabrication étant déjà connu et maîtrisé, Haetta peut être installé sur des zones risquées identifiées au préalable. La seule contrainte du dispositif est de fermer d’importants carrefours à la circulation, le temps de sa mise en place.

-> Intervention n°3 :  UP N’ DOWN, la barrière rétractable

Up N’Down est un système de barrière rétractable déclenché lors de l’approche ou du départ du tramway en station.

Ce dispositif est une aide précieuse pour les conducteurs de tramway et un système de protection efficace pour les piétons. Il contraint les flux, mais empêche les piétons distraits de traverser dangereusement.

Up N’ Down © Stanley Piffard

Up N’ Down © Stanley Piffard

À quoi sert-elle ?

Les stations de tramways sont les principaux lieux où se produisent les conflits avec les piétons. Que l’accident avec le tramway soit direct ou indirect, il est nécessaire d’instaurer un système empêchant les piétons pressés ou distraits de traverser les voies de tramway.

Où est-elle localisée ?

Ces barrières sont positionnées dans la partie centrale de la plateforme tramway ainsi qu’entre le quai et la plateforme. Elle se situe précisément au niveau des passages piétons connectant le quai et les voies annexes, en entrée et en sortie de station.

Des barrières déclenchées par des capteurs

Lorsque le tramway approche la plateforme, un capteur détecte son entrée et permet le déploiement des barrières d’entrée de quai. Celles-ci se rétractent seulement lorsque le tramway est totalement arrêté. Les barrières de sortie de quai se déploient à la seconde où le tramway démarre pour repartir.

Pour Stanley, le design urbain pose la question de nouveaux usages et donc de nouveaux signes sur l’espace public. Des expérimentations en cours permettront de définir et d’appréhender ces nouveaux codes à intégrer pour la sécurité de toutes et tous.

L'École de design Nantes Atlantique
+ 160 autres articles

Articles sur le même thème

Vos réactions

Aurélien B
7 février 2022

« En 2018, 48 % des Français utilisent le tramway dans le cadre de leurs déplacements journaliers. » Il y a un problème dans le chiffre !?

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir