Transitions urbaines : et demain ?

14 Mai 2020 | Lecture 3 minutes

Avant-propos : en 2019, Bouygues Immobilier a piloté une étude interne sur l’urbanisme transitoire, réalisée par pop-up urbain. Les billets qui suivent en relatent les principaux enseignements. Retrouvez ici les deux premiers volets de la série, portant sur le jeu des acteurs et les principaux défis à surmonter.

Que l’urbanisme transitoire soit une méthode enthousiasmante et prometteuse, c’est une chose. Qu’il puisse infuser durablement les démarches urbanistiques en est une autre ! Pour l’heure, difficile de répondre par l’affirmative. L’urbanisme transitoire est encore jeune et doit encore faire la preuve de son efficacité. Pour des lendemains qui chantent, les démarches transitoires doivent encore effectuer leur mue… Mais dans quelle direction ? La question est ouverte, et les perspectives de réponses nombreuses. 

Après les premiers bouillonnements vient le temps de la stabilisation. Comme de nombreuses autres thématiques avant lui, l’urbanisme transitoire est entré dans une phase d’institutionnalisation. Les acteurs privés, et notamment les promoteurs, s’interrogent sur la rentabilité et l’efficacité de ces dispositifs. La Cité Fertile, un projet porté à Pantin par SNCF Immobilier et Sinny & Ooko, fait même partie des nominés aux MIPIM Awards 2020, un prix décerné lors du grand raout de l’immobilier international…

La Cité Fertile à Pantin : ancienne gare de triage

La Cité Fertile à Pantin : ancienne gare de triage ®Kim Sakho

Des tensions à venir

Ils ne sont pas les seuls. Le monde de la recherche est évidemment mobilisé depuis de longues années. L’Etat commence à s’y intéresser, en impulsant divers projets d’études, potentiellement pour faire évoluer le contexte législatif et réglementaire. Les lieux transitoires s’inscrivent ainsi dans le prolongement d’objets urbains ayant connu une trajectoire similaire, à l’instar des squats culturels dans les années 90, et des tiers-lieux dans les années 2000. Plutôt logique, les espaces éphémères s’inscrivant précisément au croisement de ces deux items !

L’âge de la maturité semble donc en train d’arriver. Comme souvent dans ces cas là, cette évolution peut aussi faire hausser les sourcils voire grincer des dents. Une partie des acteurs étant issus des secteurs associatifs et culturels, ils peuvent voir d’un mauvais œil l’arrivée de structures capitalistiques dans le paysage. Celles-ci viennent avec des intentions qui peuvent sembler bien éloignées de la philosophie historique des démarches transitoires, par exemple en fixant des objectifs d’impact ou d’équilibre économique. En outre, certains projets peuvent être suspectés d’accompagner la montée en gamme d’un quartier, chevaux de Troie de la gentrification. Après des premières heures plutôt bienveillantes, l’urbanisme transitoire risque donc de connaître quelques périodes de turbulences inévitables.

L’âge de la maturité

En creux, ces points de tensions soulignent le changement de nature de l’urbanisme transitoire. Celui-ci est à la croisée des chemins entre son passé hérité des squats culturels, et sa pertinence au vu des enjeux sociaux et environnementaux qui sont les nôtres. Peut-on concilier les deux ? La manière dont certains acteurs s’imposent aujourd’hui semble permettre de dire que oui. Yes We Camp, par exemple, est aujourd’hui capable de multiplier les grands projets tout en conservant sa philosophie d’origine. D’autres développent une offre de conseil, afin d’apporter leur expertise à des projets plus classiques. Une telle évolution semble augurer une plus grande réplicabilité des démarches transitoires, et son extension hors des métropoles.

C’est en effet une question qui mérite d’être posée. L’urbanisme transitoire a-t-il sa place hors des grands pôles urbains ? Les villes moyennes, confrontées à une crise sans précédent de leurs centre-villes, pourraient grandement profiter de ces nouvelles méthodes. Les logements et commerces vacants, comme les friches d’institutions publiques (prisons, hôpitaux, écoles, etc.) sont autant de terrains de jeu susceptibles d’accueillir les occupations transitoires… Encore faut-il avoir un projet pertinent qui fasse suite à la période de transition !

 

Évolution et révolutions

D’autres évolutions sont possibles. Les typologies de lieux concernés, mais aussi d’occupants présents sur place, vont très probablement se diversifier. A l’heure actuelle, les friches transitoires sont marquées par certaines activités presque emblématique de ces espaces : buvettes et guinguettes, hébergement d’urgence, coworking et locaux associatifs, fablab et agriculture urbaine, etc. Presque tous les projets intègrent une partie ou la totalité de ces activités, au point de donner parfois le sentiment d’une certaine standardisation. A terme, il est envisageable que certains projets se spécialisent sur des items en lien direct avec le territoire d’accueil, favorisant au passage leur intégration dans le contexte local.

Ces évolutions ne pourront émerger qu’à certaines conditions, dont certaines peuvent sembler paradoxales. D’un côté, il semble nécessaire que les pouvoirs publics accompagnent la structuration du secteur, et permettent notamment aux acteurs plus modestes d’y trouver leur place (soutiens financiers par le biais de subventions ou d’appels à manifestations, incitations pour la mise en place de fonds de dotation, etc.). De l’autre, inversement, il faut que les acteurs les plus institués apprennent à “lâcher prise”. Les occupations transitoires reposent sur un fragile équilibre où les bricolages sont la norme, et non l’exception. Accepter le caractère non-figé d’un projet urbain serait une petite révolution en soi. Bien que dans l’air du temps, cette philosophie reste encore difficile à mettre en place dans un écosystème marqué par la planification de long voire très long terme. C’est aussi le grand mérite de l’urbanisme transitoire que de poser ces questions, et d’ouvrir le champ des possibles pour réinventer plus ou moins radicalement la fabrique de la ville !

{pop-up} urbain
+ 244 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir