Quelles solutions pour mieux prendre en compte les piétons en ville ?

Quelles solutions pour mieux prendre en compte les piétons en ville ?

Crédits : Nguyen Nguyen sur Pexels
18 Nov 2021 | Lecture 4 min

Dévoilé début septembre, le premier baromètre des “villes marchables” de France permet de mettre en lumière un mode de déplacement trop souvent mis de côté dans le débat public qui oppose la voiture au vélo.

Le secteur du transport représente 39% des émissions de gaz à effet de serre en France, et l’usage de la voiture individuelle compte pour moitié dans ce chiffre. Raison pour laquelle la réduction de nos émissions de GES passera par une refonte de notre manière de penser la mobilité. Un constat d’autant plus vrai en ville où 60% de nos trajets font encore moins de 5 kilomètres. Et 35% d’entre eux font 2 kilomètres et moins. Ce sont des courts-trajets qu’il est possible de faire à pied où à vélo. Mais encore faut-il en avoir la possibilité. Car jusqu’à présent, les villes étaient majoritairement construites pour les automobiles. À Paris, par exemple, 50% de la voirie est consacrée aux voitures… qui ne représentent que 10% des déplacements des habitants. Depuis l’année dernière et la sortie du premier confinement, une large majorité des villes françaises ont accéléré le développement de leurs infrastructures cyclables et donné un nouvel élan à la bicyclette. Une accélération bienvenue pour permettre de rendre nos coeurs de villes plus agréables en matière de qualité de l’air et de qualité de vie. Un succès pour la plupart de nos villes : +37% d’usage du vélo à Lille entre Mai 2020 et Mai 2019 ; +18% à Lyon ou encore +25% au Havre.

Une croissance qui a démontré quelque chose : plus il y a d’infrastructures cyclables, plus il y a de cyclistes. Mais au-delà du vélo, est-ce que le futur de la ville ne passerait pas, aussi, par la marche ? Très récemment, le collectif Place aux piétons a proposé un “baromètre des villes marchables”, sorte de miroir du désormais célèbre baromètre des villes cyclables présenté par la FUB depuis quelques années. Une enquête qui révèle notamment les attentes des français.es pour améliorer les déplacements piétons dans nos agglomérations.

crédits = Skitterphoto - Pexels

Crédits : Skitterphoto – Pexels

Des trottoirs larges et sécurisés, la demande numéro 1 des piétons

Ce baromètre est le fruit de la collaboration du collectif Place aux piétons – regroupant les associations Rue de l’avenir, 60 millions de piétons et la Fédération français de la randonnée – et de l’ADEME. Le collectif a recueilli 43 257 questionnaires complets, ce qui a permis d’évaluer la marchabilité de 200 villes et fait ressortir les attentes principales sur ce sujet.

Sans surprise, la première des demandes en matière d’aménagement urbain, c’est le souhait de voir des trottoirs plus larges, bien entretenus et sécurisés. Nos cœurs de ville sont en effet historiquement constitués de rues assez étriquées qui – avec l’avènement du tout-voiture après la seconde guerre mondiale – ne laissent que peu de places aux piétons sur la voirie. Il est parfois très difficile de s’y croiser où d’y déambuler avec une poussette ou un fauteuil électrique. Les trottoirs sont étroits et sont souvent trop proches de la circulation. Pour les enfants, pour les personnes âgées, les personnes à mobilité réduite, il s’agit notamment d’un vrai problème. 4 autres tendances ressortent de cette étude pour favoriser la création de villes piétonnes comme cela peut se faire, par exemple, à Pontevedra en Espagne. Et ce, sans forcément interdire l’usage de la voiture. Ainsi, environ 30% des sondés préféreraient par exemple que les trottoirs soient réservés à l’usage exclusif des piétons. Exit, donc, les trottinettes et autres engins de déplacement qui pourraient tout-à-fait utiliser les aménagements cyclables.

Crédits : Hashim Rogers - Pexels

Crédits : Hashim Rogers – Pexels

Des différences en fonction de la taille des villes et de l’âge des répondants

28% des sondés de cette étude aimeraient également que le stationnement sur les passages piétons et les trottoirs soient davantage verbalisés ou que la vitesse des véhicules soit largement réduite dans les endroits réservés aux piétons. Ce qui est le cas dans les “zones de rencontre”, où la vitesse est limitée à 20 km/h et où les piétons sont prioritaires. Des zones qui pourraient donc être amenées à s’accroître pour favoriser la marche dans nos agglomérations. Pour aller plus loin, 25% des sondés font même la proposition de voir davantage de cheminements piétons complets dans les villes. Une proposition qui fait écho à la création de “coulées vertes” par certaines communes françaises.

Cependant, en fonction de la taille de la ville, les attentes des piétons ne sont pas les mêmes. Par exemple, dans les petites villes, les cheminements piétons complets se classent en seconde priorité mais n’apparaissent qu’en sixième priorité dans les villes moyennes. De la même manière, les piétons des zones rurales font de la réduction de la vitesse leur deuxième préoccupation, ce qui n’apparaît qu’en cinquième position dans les métropoles.

L’âge est aussi un vecteur de différenciation dans les attentes des piétons. Ainsi, la végétalisation des villes est une priorité souvent mise en avant dans l’étude, mais principalement par de jeunes urbains, là où les personnes âgées militent davantage pour des trottoirs plus larges. Quoi qu’il en soit, cette étude prouve que la marche est un sujet important pour le bien-être et la qualité de la vie urbaine.

Les Horizons
+ 53 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir