Plus de stationnements pour vélo = plus de cyclistes : l’exemple de Portland

Visuel_Portland_Source AdobeStock-2
2 Déc 2020 | Lecture 4 min

Au début des années 2000, la municipalité de Portland, aux États-Unis, a mené une vaste étude pour comprendre les freins à la pratique du vélo. C’est ainsi qu’elle a notamment misé sur la création de places de stationnements pour encourager la pratique. Un pari qui s’est avéré gagnant.

Portland, la “plus européenne des villes américaines” est depuis près de vingt ans l’une des capitales mondiales du vélo. Avec plus de 500 kilomètres de voies cyclables, la ville qui a vu naître l’entreprise Nike compte le plus vaste réseau de pistes cyclables des États-Unis ainsi que d’autres aménagements, comme des voies où les cyclistes sont prioritaires et la circulation des voitures limitée à 32 km/h ; ou encore des curiosités comme un comptoir réservé aux cyclistes à l’extérieur d’un fast-food local.

Le développement du vélo à Portland démarre à la fin des années 1990 afin de lutter contre la pollution de cette ancienne ville industrielle. Le nombre de cyclistes y a été multiplié par cinq depuis 1990.  Consciente du besoin de rassurer les usagers pour encourager la pratique, c’est notamment grâce à la création de nombreuses places de stationnement pour vélo que cette hausse a pu se réaliser.

Une corrélation démontrée depuis par de nombreuses études et, pourtant, de nombreuses collectivités sont encore à la peine sur ce sujet crucial.

46% des cyclistes renoncent à prendre leur vélo par crainte du vol

En 2004, la ville de Portland se lance donc dans un ambitieux programme pour faciliter le déploiement de places de stationnement pour vélo. Elle se décide notamment à installer de grands racks d’une capacité de 10 à 20 vélos positionnés dans la rue sur d’anciennes places dédiées à la voiture. En supprimant finalement peu le stationnement réservé aux automobilistes, puisqu’on compte environ 10 vélos pour une voiture.

Cette initiative intervient après que la municipalité ait reçu les résultats d’une enquête sur les freins à la pratique du vélo. Une étude qui démontre notamment que la raison numéro 1 pour laquelle les gens ne font pas de vélo est liée au sentiment d’insécurité, notamment la peur du vol.

Cette enquête de 2004 aux Etats-Unis est tout aussi actuelle aujourd’hui en France. Une étude récente menée par le bureau de recherche en mobilité 6t indique que près d’un tiers des cyclistes se sont déjà fait voler leur vélo, ce qui a provoqué l’abandon de la pratique chez 8% des victimes. Plus intéressant encore, d’après cette étude, 46 % des cyclistes déclarent qu’il leur arrive de renoncer à utiliser ce mode de transport par crainte du vol.

Un appel d’air pour les commerçants

Du côté de Portland en 2004, la mise en place de stationnements pour vélo en lieu et place de stationnements pour automobilistes a été suivie d’une crainte des commerçants de centre-ville, qui ont alors cru qu’on allait restreindre l’accessibilité de leurs magasins aux clients, suivant l’adage obsolète du  “no parking no business” qui voudrait que les magasins sans places de parking à proximité feraient faillite. Un adage profondément erroné.

Pour s’en assurer, la ville de Portland a réalisé une enquête auprès de 248 commerçants situés proches de ces nouvelles places de stationnement. Les résultats de l’enquête montraient que 67% des magasins ont constaté une augmentation des cyclistes et piétons ainsi qu’une amélioration de la visibilité de leurs magasins, et 25% de la clientèle de ces magasins sont désormais des cyclistes. Plus intéressant encore, la demande pour l’installation des places de stationnement pour vélo s’est mise à augmenter à partir des années 2010, face au succès de l’opération.

Une demande émanant autant des cyclistes que des commerçants souhaitant attirer les cyclistes. Plus de 158 rues de Portland sont désormais équipées de ces racks à vélo et la ville continue de miser sur la création de parkings sécurisés pour accroître encore la part modale du vélo sur son territoire.

Environ 400 000 vols de vélos sont commis chaque année en France. D’après la Fédération des Usagers de la Bicyclette, 25% des victimes ne rachètent pas de vélo suite à un vol. Alors que le développement des pratiques cyclables est essentiel pour réussir la transition écologique de nos villes et territoires, rappelle encore une fois combien la question du stationnement est cruciale pour y parvenir.

Les Horizons
+ 42 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir