Les taxis volants, utopie ou future réalité des villes de demain ?

Les taxis volants, utopie ou future réalité des villes de demain ?

12 Juil 2021 | Lecture 3 minutes

Les voitures volantes sont un véritable fantasme en passe de devenir réalité. Alors que les industriels multiplient les annonces concernant l’avènement de taxis volants, une question se pose : ces véhicules auront-ils un vrai rôle à jouer dans les villes de demain ? Le trafic automobile est l’une des principales causes de la pollution de l’air, mais ça n’est pas le seul reproche que l’on peut faire à l’usage de la voiturFe individuelle qui est aussi source de pollution sonore et d’accidents. De sorte qu’une révolution est en marche en ce qui concerne les mobilités, et particulièrement l’usage de la voiture en ville : rééquilibrage de l’espace public au profit du vélo, des transports en commun et des piétons ; développement de solutions logicielles pour faciliter l’intermodalité ; sans oublier le développement de l’autopartage et du covoiturage.

Une autre piste, puisqu’il ne faut en écarter aucune, consiste à regarder du côté de la création de nouveaux modes de transports, à l’image de l’Hyperloop ou de l’Urbanloop. Mais aussi du côté des VTOL, ces aéronefs à décollage et atterrissage vertical qui intéressent de nombreux industriels et milliardaires. Larry Page, par exemple, célèbre cofondateur de Google, finance les entreprises Kitty Hawk et Opener, deux startups qui conçoivent des VTOL. Mais c’est aussi le cas d’Airbus, de Boeing, de Rolls-Royce, Uber, ou encore de Volocopter.

Ces entreprises travaillent toutes sur des prototypes relativement aboutis de “taxis volants” qui ont d’ores et déjà fait des vols d’essais. L’un des derniers a été effectué il y a quelques jours par l’entreprise Volocopter sur une piste d’essai en France, à l’aéroport du Bourget. Un vol qui faisait suite à l’autorisation reçue par l’entreprise de l’Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) pour tester son véhicule, une première étape avant une mise en service commerciale.

Airbus, comme Volocopter, Uber et d’autres espèrent en effet pouvoir effectuer leurs premiers vols commerciaux d’ici 2030. Et peut-être même profiter des Jeux Olympiques de Paris en 2024, pour anticiper cette mise en service.

D’ailleurs, de nombreuses métropoles se disent intéressées par ces nouveaux véhicules : Paris, Helsinki, Berlin, San Francisco, notamment, mais aussi les grandes métropoles asiatiques. Une étude publiée par l’AESA en mai dernier prévoyait notamment que le marché des taxis volants pourrait générer 90 000 emplois en Europe. Une autre étude du cabinet de conseil Oliver Wyman, publiée en novembre 2019, annonçait de son côté que le futur marché des taxis volants pourrait représenter plus de 35 milliards de dollars en 2035 et concernerait 60 à 90 villes dans le monde.

le prototype de taxi volant développé par Airbus – source Patrick Heinz – Wikipedia

Quelle acceptabilité sociale pour les taxis volants ?

Dans les faits, la multiplication des tests et des annonces de constructeurs amènent peu de doutes sur le fait que ces véhicules seront proposés très bientôt. Mais avec quelles chances de succès ?

Plusieurs freins s’opposent au développement des VTOL. Le premier est lié à l’acceptation sociale de ces engins. En 2017, par exemple, un sondage précisait que 56% des français refuseraient de monter à bord d’un véhicule autonome. Or, c’est l’un des avantages proposés par les constructeurs de ces véhicules qui, sinon, n’auraient rien de vraiment différent d’un hélicoptère. Et la difficulté de concevoir des voitures autonomes ne devrait pas aider le public ni les autorités à avoir confiance en des engins volants sans pilotes.

Une question de sécurité qui en amène une autre liée à la régulation du trafic aérien au-dessus des zones habitées, puisque personne ne verrait d’un œil bienveillant l’un de ces drones géants s’abattre en plein centre-ville. Un des facteurs clés qui sera discuté avec les autorités aériennes concerne notamment la manière dont ces véhicules pourront s’intégrer dans les procédures de contrôle déjà existantes. Depuis 2018, Uber travaille notamment avec la Nasa pour effectuer des tests sur ces sujets.

Enfin, l’usage des véhicules autonomes sera aussi largement lié au prix du voyage. Pour le moment, les ordres de grandeur annoncés par les constructeurs sont assez prohibitifs. Airbus, par exemple, annonçait il y a deux ans vouloir tabler sur une fourchette comprise entre 120€ et 140€ pour une distance de 30 kilomètres, soit 15 minutes de trajet. Le taxi volant risque donc, à ce tarif, de ne rester que l’apanage de quelques personnes fortunées.

Or, si l’enjeu est réellement de décarboner les villes, il faudrait que les VTOL soient massivement utilisés pour que l’impact soit réel. Leur rôle en ville risque donc d’être limité pour des questions d’usage. Ils pourraient être une option de transport entre villes et zones péri-urbaines, par exemple pour rejoindre des aéroports ou des communes limitrophes. Une autre solution pourrait aussi être de les utiliser pour le fret et la logistique urbaine.

Le taxi volant développé par Uber et Joby Aviation – photo service presse Uber Elevate

Quels bénéfices pour l’environnement ?

Le “taxi volant” ne devrait pas avoir d’impact majeur sur la décarbonation des villes. Pas autant, en tout cas, que le développement du vélo, des transports en commun ou même du covoiturage. C’est-à-dire pour les usages pendulaires, en particulier les déplacements domicile/travail, ou maison/école, travail/école, par exemple. Pour autant, si c’était le cas, quel serait l’impact environnemental de ces véhicules ?

Évidemment, comme à peu près tous les véhicules qui seront mis en service dans les années à venir, les VTOL utiliseront principalement des modes de propulsion bas-carbone. Très probablement électriques (c’est le mode de propulsion principalement étudié pour le moment par la plupart des constructeurs) mais peut-être aussi grâce à de l’hydrogène. De fait, leurs déplacements seront relativement décarbonés. Relativement car la conception de ces engins ne sera évidemment pas neutre d’un point de vue climatique, sans compter la conception des infrastructures pour les accueillir et favoriser l’atterrissage/décollage, ainsi que les connexions avec les autres moyens de transport.

Il existe donc une réelle interrogation sur le bénéfice climatique espéré en fonction des usages probables de ces véhicules. Et si l’avènement des taxis volants n’est plus un mythe d’un point de vue industriel, et que leur mise sur le marché sera en effet progressive dans les 10 ans qui viennent, l’usage réel qui en sera fait reste cependant une véritable inconnue et s’oriente très probablement, à court-terme, sur des fonctions de niches.

Les Horizons
+ 48 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir