Les saisons existent-elles encore en ville ?

Le sable et les parasols de Paris Plage - Sharat Ganapati/Flickr
3 Juin 2020 | Lecture 5 minutes

À l’heure de la climatisation et des terrasses chauffées, l’été n’est plus vraiment l’été et l’hiver n’est plus vraiment l’hiver. Est-ce que les saisons existent encore en ville ? Qu’est-ce-que l’étude des saisons peut nous apprendre de l’urbanisme ?

Du marin au renne

Que l’on vive en pays tempéré, aux pôles, ou sous les tropiques, les saisons expriment des réalités bien différentes. Les quatre saisons que l’on connaît ne sont parfois que deux, la saison sèche et la saison des pluies, ou le jour et la nuit polaire. Mais l’urbaniste qui s’intéresse aux saisons ira plus loin encore, car au delà des variations climatiques, le découpage des saisons a longtemps été un reflet des pratiques humaines. Ces cycles sont utiles aux marins pour connaître les marées ou aux agriculteurs pour maîtriser leur production. Chez les Sami, peuple autochtone de Laponie, huit saisons décomposent l’année en fonction du rythme biologique des rennes.

En décrivant les modes de vie des esquimaux, l’anthropologue Marcel Mauss a été le premier à faire le lien entre les rythmes saisonniers et les pratiques sociales. L’été et l’hiver correspondent à deux manières d’habiter différentes, qui réorganisent les systèmes juridiques, moraux et religieux. Plus tard, le philosophe Henri Lefebvre a observé quant à lui comment l’aménagement de la ville médiévale de Navarrenx (Pyrénées-Atlantique) découle des activités pastorales et saisonnières.

La saison unique moyenne

Dans la ville moderne, ces observations semblent moins vraies. La ville fonctionnaliste s’est efforcée de mettre la nature à distance et d’effacer les aléas climatiques. Pensez une minute aux terrasses chauffées l’hiver, à la climatisation l’été, aux opérations de déneigement et autres ramassages des feuilles mortes. Qu’il s’agisse de faune, de flore, de température ou d’intempéries, la ville contemporaine est devenue un îlot artificiel, où le béton remplace la boue et l’éclairage écarte la nuit.

La ville connectée calque désormais son rythme sur les flux d’information et financiers internationaux. Selon le géographe Luc Gwiazdzinski elle produit une nouvelle saison qui lui est propre, une « saison unique moyenne ». Continue et artificielle, c’est celle des écrans, des magasins ouverts 24h/24 et du manque de sommeil. À se demander si l’expression populaire « il n’y a plus de saisons » fait encore allusion aux surprises météorologiques, ou plutôt à la disparition pure et simple des saisons.

Early Birds

Depuis quelques années, on pourrait croire que les saisons font leur retour dans la ville. Le sociologue Benjamin Pradel s’est intéressé à la multiplication d’événements thématiques à succès comme Paris Plage ou le marché de Noël bruxellois « Plaisirs d’Hiver » qui tentent de ressusciter une atmosphère saisonnière. Souvent à l’initiative de la collectivité, ils créent un rendez-vous médiatique fort qui synchronise les agenda des citadins.

Le sable et les parasols de Paris Plage - Sharat Ganapati/Flickr

Le sable et les parasols de Paris Plage – Sharat Ganapati/Flickr

Jouant sur différentes références comme les congés payés et les stations balnéaires françaises, Paris Plage offre une mise en scène ludique de l’été qui permet « d’en jouir en toute sécurité ». Scénographe de Paris Plage, Jean-Christophe Choblet explique que cet agencement « constitue un jeu de mécano qui va permettre aux gens de croire à l’espace et aux vacances ». Ainsi les cabines de plage à la normande, le sable fin venu des carrières des Yvelines et les palmiers niçois posés sur le bitume produisent un nouvel imaginaire estival parisien.

Théâtre estival urbain

« Les saisons sont réinjectées dans la ville par des mises en scène événementielles qui produisent des lieux temporaires et attractifs dans la perspective d’une « économie symbolique » ». Pour Benjamin Pradel, ces pratiques requalifient l’espace urbain de manière temporaire, avec parfois des effets durables. La piétonisation des quais de Seine a stimulé et entériné cet usage ludique. Le jeune marché de Noël de Bruxelles est devenu une institution, plus populaire que celui de Liège.

À Bruxelles, le marché de Noël Plaisirs d'Hiver s'est imposé en une dizaine d'années comme un événement majeur de la ville - Edison McCullen/Wikipédia

À Bruxelles, le marché de Noël Plaisirs d’Hiver s’est imposé en une dizaine d’années comme un événement majeur de la ville – Edison McCullen/Wikipédia

Circonscrits à des espaces délimités et maîtrisés, ces événements posent problèmes « lorsqu’au delà de ces limites, d’autres pratiques estivales extérieures se trouvent entravées, notamment par des arrêtés anti-bruit ou des règlements horaires » estime Benjamin Pradel. Non seulement, ces pôles de loisirs deviennent les outils d’un  « fonctionnalisme soft », en indiquant un certain usage de l’espace public, mais cet usage peut entrer en concurrence avec l’espace public extérieur à l’événement.

Combien d’étés se juxtaposent ici ? Celui des transats sur les quais créé par la mairie ? La saison climatisée permanente produite par la ville moderne ? Ou l’été que les habitants s’approprient spontanément lors qu’ils occupent l’espace public ? Il est difficile de cerner les frontières et les interactions en jeu ici. C’est justement l’objet de l’approche “chronotopique”.

Vers la chronotopie

Pluridisciplinaire, l’étude chronotopique convoque des anthropologues, historiens, urbanistes ou des philosophes. Elle tente de comprendre comment se constitue l’expérience du temps pour le citadin.

L’urbanisme et l’architecture sont considérés comme des disciplines de l’espace » explique Alain Guez, architecte et docteur en planification territoriale et environnementale. « En fait, ce sont des disciplines à la fois de l’espace et du temps.

L’expérience du temps est certainement une dimension difficile à exprimer mais fondamentale de l’habiter. L’isolement de la dimension temporelle présente un risque d’abstraction et de désincarnation que l’approche chronotopique vise à éviter.

La faille spatio-temporelle

D’après lui, si de plus en plus de paysagistes reçoivent des prix d’urbanisme, c’est qu’ils parviennent à exprimer cette relation entre temps et espace. « C’est assez normal, parce qu’ils ont un matériau composé de dynamiques spatio-temporelles : le vivant. Leur discipline est explicitement spatio-temporelle, ce qui n’est pas le cas de l’architecture. »

La recherche chronotopique d’Alain Guez consiste alors à « expliciter les temporalités à l’oeuvre dans l’architecture et l’urbanisme pour en faire un matériau avec lequel on peut travailler. » Pour cela, il se penche sur les repères des individus (calendriers, horaires des activités et paysages, mémoire des projets individuels et collectifs), les contraintes (familiales, professionnelles, religieuses etc.) et surtout sur les ruses que chacun opère pour composer entre les deux.

Droit au temps

En décalant les horaires scolaires, universitaires et professionnels sur une zone donnée, le "bureau des temps" à Rennes fluidifie les transports - Julien Mignot/ Rennes Ville et Métropole

En décalant les horaires scolaires, universitaires et professionnels sur une zone donnée, le « bureau des temps » à Rennes fluidifie les transports – Julien Mignot/ Rennes Ville et Métropole

La crise du coronavirus a été l’occasion de beaucoup d’interrogations sur les modèles urbains qui sont les nôtres. Ralentir la ville et penser ses rythmes pourrait constituer une « stratégie globale de réinvention de nos manières de faire société », plus égalitaire, plus locale et plus écologique. C’est en tout cas ce qu’a revendiqué le réseau d’acteurs des politiques temporelles Tempo Territorial, qui invoque un “droit au temps” dans une tribune publiée sur Libération.

Urbanisme transitoire, bureaux des temps… De nombreuses expérimentations ont tenté de faire revenir la question du temps dans l’aménagement urbain. Celles-ci s’accordent avec “l’urbanisme circulaire” dont nous parlions. En effet, elles tentent souvent de briser la logique linéaire de la fabrique de la ville pour faire apparaître des boucles, des cycles et peut-être, des saisons ?

Saisons des Villes (Donner Lieu, 2013), dirigé par Alain Guez et Hélène Subrémon.

Usbek & Rica
+ 639 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir