Les enfants sont les futurs usagers de la ville

7 Nov 2018

Entretien avec Didier Cornille, designer et auteur jeunesse

Si vous ne connaissez pas encore les petits livres très urbains de Didier Cornille, il est grand temps de les feuilleter accompagnés d’enfants curieux ! Que vous vous passionniez pour l’ingénierie des ponts, les maisons d’architectes, les plus beaux gratte-ciel du monde, ou la ville de demain, vous pourrez bientôt en discuter avec vos neveux et nièces… Intitulé La ville : quoi de neuf ?, le tout dernier ouvrage de Didier Cornille (toujours édité chez Hélium), se présente comme une sorte de cahier de tendances en innovation urbaine piochées dans le monde entier. Avec le trait précis du designer et son dessin fin et coloré, ce superbe catalogue de villes-tendances invite les plus jeunes à découvrir les clés des urbanités de demain.

Sa sortie en septembre dernier était l’occasion rêvée d’interroger Didier Cornille, et tenter ainsi de déceler quelques-uns des petits secrets qui font son grand talent ! Alors soyez attentifs au moindre détail, comme un enfant le serait aux dernières pages d’un livre pendant une séance lecture…

Après des études d’arts et de design, vous vous êtes spécialisé dans l’ameublement, et plus particulièrement la création de luminaires. Comment, en tant que designer, en êtes-vous venu à faire des livres pour enfants sur l’architecture ?

Dans mon travail de designer, je me suis toujours beaucoup amusé avec la fonction des objets. Concernant les lampes par exemple, je développais des astuces pour qu’elles éclairent très peu. Parfois allumées, parfois éteintes, je les percevais comme des objets en continuelle transformation… J’ai toujours aimé flirter avec les objets, leurs limites et leurs fonctionnalités.  En parallèle, j’enseignais aussi dans des écoles d’art.

Puis à un moment de ma carrière, je ne trouvais plus totalement mon compte dans le design. C’était compliqué, pas toujours couronné de succès. La dimension longue, inhérente au processus de design, m’ennuyait. Alors j’ai voulu me consacrer à ma grande passion : le dessin. C’est ainsi que j’ai commencé à faire des livres. Mais comme je suis designer, l’objet-livre me questionnait aussi. Je me suis interrogé sur des questions de formats. J’ai des recherches en cours sur les découpages de l’objet-livre, ou tout un tas de manipulations possibles avec lui…

Didier Cornille dans son atelier à Belleville

Didier Cornille dans son atelier à Belleville – Crédits Hélium éditions

Quant à l’architecture, c’est un sujet qui m’a intéressé en voyageant, surtout avec mes enfants, en Europe et dans le monde. Les enfants sont les futurs usagers de la ville, de l’habitat. Je trouve fondamental de leur expliquer de façon très claire des systèmes a priori fastidieux. Et on se rend compte rapidement qu’avec un dessin et un texte, les complexités urbaines sont tout à fait traduisibles.

La réalisation de ces livres est donc la synthèse de curiosités multiples. C’est le fruit d’un beau mélange entre mon métier de designer, l’enseignement, l’observation pendant mes voyages, et aussi l’envie de transmettre aux enfants.

Pourquoi s’être précisément intéressé aux maisons d’architecte, aux ponts, aux gratte-ciel et aux futurs souhaitables des villes ?

C’est Sophie Giraud, mon éditrice, qui a lancé la machine. Après deux livres d’entraînement chez Hélium (Bon voyage, Mini Maxi), elle m’a dit : “Maintenant, on va faire de la vraie architecture !” J’étais ravi de me dire qu’un univers aussi riche s’ouvrait à moi pour le retranscrire en dessins. En ce qui concerne les choix des sujets, tout a été une question d’inspirations.

le vaisseau de verre de Gehry en pop-up “Le Vaisseau de verre de Frank Gehry - un chef d’oeuvre d’architecture en pop-up”, coédité avec a Fondation Louis Vuitton

Le vaisseau de verre de Gehry en pop-up. “Le Vaisseau de verre de Frank Gehry – un chef d’oeuvre d’architecture en pop-up”, coédité avec a Fondation Louis Vuitton – Crédits Hélium éditions

Commencer par la sphère de l’habitat, c’était presque une évidence. Si l’on veut parler d’architecture à des enfants, il faut aller au plus intuitif, au plus intime. La maison est un élément très important, pour eux et pour n’importe qui. C’est l’édifice que l’on recrée en jeu à toutes occasions, de la cabane dans les arbres à la grotte que l’on compose avec des coussins et une couverture…

Couverture du livre “Toutes les maisons sont dans la nature” Pour aller plus loin que la maison au toit pentu en tuiles

Couverture du livre “Toutes les maisons sont dans la nature”
Pour aller plus loin que la maison au toit pentu en tuiles – Crédits Hélium éditions

J’avais plutôt envie de parler d’architecture moderne et contemporaine. Cela me paraissait crucial, dans un pays assez traditionaliste comme la France, de montrer que la modernité a plein d’avantages. De toutes façons, les enfants allaient vivre dans ce monde-là ! Puis j’ai travaillé sur les gratte-ciel. C’est un bâti peu reluisant dans l’imaginaire collectif français et on ne reconnaît pas toujours ses qualités. Alors qu’ailleurs, par exemple à Chicago, je me suis rendu compte que, sur place, les gens étaient très fiers de leurs gratte-ciel ! C’est ainsi que m’est venue l’envie d’expliquer comment on construisait des tours. En outre, c’est un type de structure fondamental que l’on retrouve aussi dans les jeux des enfants. Lorsque les enfants découvrent la construction, leur premier réflexe est d’empiler des choses, et d’expérimenter comment les objets tiennent en équilibre les uns sur les autres. Enfin, deux livres de Mario Salvadori m’ont donné envie d’aborder ces questions : Comment ça tient ? (2005) et Pourquoi ça tombe ? (2009) !

Superbe tracé de la traversée

Superbe tracé de la traversée – Crédits Hélium éditions

Lorsque je me suis tourné vers les ponts, c’est l’intérêt pour les questions d’ingénierie qui me poussait. A la même période, j’abordais en plus la problématique des ponts avec mes étudiants. Ce sont des structures fascinantes pour différentes raisons. Techniquement, c’est à la fois une performance et une prise de risque, de par leur fragilité. Mais ce sont aussi, avant tout, des structures permettant de raccorder des personnes et des pays. Pour Tous les ponts sont dans la nature, j’ai également été guidé par un passionnant ouvrage: Naissance d’un pont (2010), de Maylis de Kerangal.

Enfin, je me suis tourné plus globalement vers l’urbain car j’enseignais à ce moment-là dans une option focalisée sur la cité. Ce qui est intéressant dans la ville c’est que tout bouge et que l’innovation est en marche. Mais cette fois-ci je suis parti plus intuitivement de mes observations, de mes lectures et de mes voyages. Dans la cour de mon atelier j’ai rencontré  l’architecte d’un quartier d’accueil pour les migrants que j’ai retenu pour le livre. Mais j’avais aussi envie de me nourrir de choses beaucoup plus lointaines.

couverture de “La ville quoi de neuf ?” Prospective urbaine pour marmots curieux

Couverture de “La ville quoi de neuf ?”
Prospective urbaine pour marmots curieux – Crédits Hélium éditions

Il y a une question que je trouve essentielle et qui émerge ici et là dans le monde : celle de la participation des habitants à la fabrique de la ville. Chez nous, on a un peu fossilisé les prises de décision, les procédures sont parfois très lourdes, et on oublie souvent la voix des habitants. Alors que si on observe ce qui se passe ailleurs, on peut se convaincre que les habitants peuvent développer de très belles choses grâce à leur imagination.

Est-ce qu’au cours de vos voyages ou de vos pérégrinations, vous ressentiez le besoin d’interroger certaines personnes inscrites dans le territoire pour nourrir vos réflexions en amont ?

Bien sûr, j’aime aller sur place, rencontrer les gens et arpenter les lieux dans la mesure du possible. C’est très important pour comprendre un territoire, surtout si l’on doit le retranscrire en dessin par la suite. Les lieux s’inscrivent dans des échelles, des ambiances particulières. Si on ne s’y confronte pas, un décalage s’installe forcément par rapport à ce que l’on imaginait au départ.

Après avoir réuni toute cette documentation, place à la mise en traits. Vous avez un tracé particulièrement fin, et le souci du détail. Quelles sont vos inspirations graphiques ?

Comme je vous l’ai dit précédemment, le dessin est mon vrai domaine d’expression. C’est à mes yeux le meilleur moyen pour comprendre, et faire comprendre. Je m’étais posé la question de la photographie, mais je trouve finalement cette forme de représentation moins accessible. Paradoxalement, la photo crée une sorte de distance. On ne capte pas forcément du premier regard les enjeux représentés… Dans mes dessins, j’apporte un soin tout particulier à la lisibilité des informations. Je fais attention au cadrage, à certains détails pour qu’il n’y ait pas d’erreurs.

Shimokawa, la ville du bois Cap sur le Japon innovant dans “La ville quoi de neuf ?”

Shimokawa, la ville du bois
Cap sur le Japon innovant dans “La ville quoi de neuf ?” – Crédits Hélium éditions

Et dans le cas spécifique des innovations urbaines par exemple, je trouve que l’on entend parler de beaucoup de choses, mais qu’il est important de les montrer. Surtout lorsque l’on s’adresse à des enfants : il est primordial de donner un enseignement clair, et le plus simple possible. C’est donc par le dessin que j’ai trouvé la forme de démonstration la plus adaptée.

Pour le style, j’ai tout d’abord été aidé par le graphiste Gérard Lo Monaco qui m’a ouvert au livre. D’autre part, je suis un grand lecteur de bandes dessinées. Parmi les auteurs qui m’inspirent le plus il y a Chris Ware, Adrian Tomine, Joost Swarte et Hergé… Tout ce qui gravite autour de la ligne claire m’intéresse beaucoup.

Dans La ville : quoi de neuf ?, les pages sont très saturées. C’est volontaire. Les sujets de mes livres sont de plus en plus denses, on est passé d’un type de bâti à l’échelle de toute la ville…

Detroit La ville résiliente du Michigan entre dans l’imaginaire enfantin

Detroit – La ville résiliente du Michigan entre dans l’imaginaire enfantin – Crédits Hélium éditions

Au niveau graphique, il est idéal que ce soit simple. C’est un peu la leçon du design : il y a beaucoup de possibilités, on fait plein d’esquisses, mais finalement on garde quelque chose qui va à l’essentiel. Vous remarquerez  l’omniprésence du blanc dans mes livres. Il faut épurer l’illustration au maximum. Le vide permet au lecteur de projeter de l’imaginaire, d’inventer son histoire. J’aime cette idée. Et je me méfie des dessins surchargés qui peuvent facilement altérer l’imagination.

Un dernier aspect non négligeable de La ville : quoi de neuf ?, c’est le soin particulier apporté aux habitants. Parce qu’il fallait habiter ces lieux dessinés, j’ai veillé à soigner le design des personnages. Je me suis alors amusé à les mettre en scène en retranscrivant des observations du quotidien. J’adore constater la manière dont les gens se comportent, marchent, téléphonent dans la rue, vivent. A travers mon trait, je souhaitais représenter cette foule avec précision.

C’est justement cette dimension transverse qui nous plaît dans vos travaux. Le designer et le graphiste puisent dans l’ingénierie et l’architecture, pour finalement retranscrire des pratiques urbanistiques avec un regard ethnographique sur les usages… Dans vos prochains livres, pousserez-vous encore plus loin ce croisement d’expertises et de représentations du secteur urbain ?

Je n’ai pas encore défini sur quoi porteront mes prochains travaux, je vais d’abord me reposer un peu ! Mais en y réfléchissant, il est en effet possible que je me rapproche petit à petit de l’échelle de la rue et de ses usages… Ce travail sur la ville m’a de fait mis en relation avec les usagers, et j’ai bien envie de leur porter encore plus d’attention. Récemment, Clara Simay – porteuse du projet La Ferme du Rail (Paris 19) – m’a invité à participer à une réunion de chantier. C’est une grande première, et cela me donne envie de m’intéresser à cette échelle plus intime de la fabrique de la ville. Dans les revues d’architecture on peut admirer le produit fini, mais se rend rarement compte de la temporalité des travaux, et de certaines réalités. C’est la dimension humaine du chantier qui me plait dans cette expérience. Les histoires existent, il suffit de les observer !

chantier Le Corbusier Les techniques de Le Corbusier expliquées aux enfants, dans “Toutes les maisons sont dans la nature”

Chantier Le Corbusier
Les techniques de Le Corbusier expliquées aux enfants, dans “Toutes les maisons sont dans la nature” – Crédits hélium éditions

D’ailleurs, je sens que la communication autour de La ville quoi de neuf ? m’ouvre des horizons passionnants sur les questions urbaines. Par exemple, on m’a contacté pour faire une conférence dans le cadre de la restauration de la caserne de Reuilly (Paris 12). Les architectes du projet mènent un gros travail de communication auprès des habitants du quartier… Pour tout vous dire, je suis curieux de voir où tout cela peut me mener !

{pop-up} urbain

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir