Le rural est-il l’avenir du design ? (2/2) pour une approche de la topophilie

Le rural est-il l’avenir du design ? (2/2) pour une approche de la topophilie…

Evolution des services La Poste
27 Juil 2021 | Lecture 3 min

La crise du Covid met cruellement en lumière le besoin de nouvelles proximités et sonne comme une revanche des villes rurales, laissées en marge du développement spectaculaire des métropoles. Loin de l’image d’épinal, ces villages évoluent avec de nouvelles coopérations et services de proximité hybrides, des façons originales de valoriser leur patrimoine. Le design, par des approches dites tactiques, permet de réaliser des actions peu onéreuses à forte valeur ajoutée, leviers de la “topophilie” chère à Carlos Moreno.

Déployer des services en rural

On a pu constater le recul des services en milieu rural. Si les maisons de service au public sont censées rapprocher l’Etat des citoyens, le design de services a un rôle à jouer pour l’hybridation des services et aller au-delà de cette ambition. Et si la Poste s’hybridait avec d’autres services ? Le recul des services postaux caractérisé par la fermeture des agences postales est très emblématique et cristallise souvent les mécontentements. Pourtant, ces bureaux de poste ouverts entre 10h et 12h n’étaient pas réellement pratiques…

La démarche de design vise à recueillir les besoins et à mutualiser des services suivant le “génie du lieu”. Des espaces de coworking, combinés à des points de présence postaux, des points retraits d’argent, des espaces de mobilité ou des points de retrait de course… peuvent émerger… allongeant les durées d’ouverture et mutualisant les coûts et les risques.

Répartition (projetée) du temps de travail partagée d’un gestionnaire de Tiers lieu hybride

Répartition (projetée) du temps de travail partagée d’un gestionnaire de Tiers lieu hybride

 

Ici pas de modèle, mais un vrai “design relationnel” qui permet de bâtir des services sur mesure avec des ambassadeurs des services (projet objectif rural réunissant la Poste, EDF, la chambre régionale de commerce et d’industrie et L’Ecole de design Nantes Atlantique)

Ici pas de modèle, mais un vrai “design relationnel” qui permet de bâtir des services sur mesure avec des ambassadeurs des services (projet objectif rural réunissant la Poste, EDF, la chambre régionale de commerce et d’industrie et L’Ecole de design Nantes Atlantique)   

 

Des espaces ouverts et multifonctions peuvent permettre de multiplier les usages comme ateliers de fabrication, salles de réunion, récupération de paniers repas, coworking, au cours de la journée (atelier Fab Lab réalisé en 2017 par Grégoire Duthilleul, Cécile Roger, Simon Guillet, Roman Sokolowsky, Aurélie Amossé à L’Ecole de design Nantes Atlantique)

Atelier Fab Lab réalisé en 2017 par Grégoire DUTHILLEUL, Cécile ROGER, Simon GUILLET, Roman SOKOLOWSKY, Aurélie AMOSSE à L’Ecole de design Nantes Atlantique)

Des espaces ouverts et multifonctions peuvent permettre de multiplier les usages comme ateliers de fabrication, salles de réunion, récupération de paniers repas, coworking, au cours de la journée.

Ces nouveaux services de proximité, hybridés entre services publics et privés, brouillent les frontières et offrent de nouveaux potentiels pour une “proximité heureuse” avec des financements croisés permettant d’incuber des nouveaux projets de territoire. Ils permettent aussi une certaine “démobilité” et génèrent de l’économie locale… avec une seule limite : l’imagination pour développer des nouveaux services.

Le smart village, pas forcément ce qu’on croit

L’approche du design vise à créer des liens entre les services, par le dialogue, mais aussi par la visualisation des ressources à mettre en lien. De la smart city au smart village… pas forcément connecté mais avec une réelle complémentaire de services.

Tableau de bord des services et des liens créés et à créer (projet prospectif Saint Mars du Désert, 2019)

Tableau de bord des services et des liens créés et à créer (projet prospectif Saint Mars du Désert, 2019)

D’après Benjamin WALSH, encadrant au City design lab et spécialiste des questions de mobilité, “cette forme de démobilité permet d’avoir plus de temps pour soi et moins de temps en voiture ou dans des mobilités contraintes. Cela signifie également plus de temps chez soi et autour de soi, et éviter le syndrome du village-dortoir vide les jours de semaine avec des commerces aux rideaux baissés parfois définitivement.”  

Tiers lieux mobiles, projet de Camille Davy, Timothée Caron Bernier, Weina Tang, Yeji Wang (Saint Mars du désert, 2019)

Tiers lieux mobiles, projet de Camille Davy, Timothée Caron Bernier, Weina Tang, Yeji Wang (Saint Mars du désert, 2019)

On peut aller encore plus loin en imaginant des tiers lieux mobiles se déplaçant au sein des communes avec diverses fonctions associées… de quoi retrouver pour les plus anciens l’ambiance du camion du village (un peu réagencé et électrique voire autonome bien sûr) et créer des occasions de se rassembler et de se connaître… de redécouvrir son village et ses voisins.

L'École de design Nantes Atlantique
+ 144 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir