La ville dans le cinéma de Sofia Coppola

Tokyo la nuit, dans Lost in Translation (2003)
17 Déc 2019 | Lecture 5 minutes

Nous poursuivons notre série d’articles sur le traitement de la ville dans le cinéma de certain·e·s réalisateur·trice·s. Après Wes Anderson, Céline Sciamma, Quentin Tarantino, et Bong Joon-ho, c’est au tour de la filmographie de Sofia Coppola de passer sous la microscope urbanistique.

Réalisatrice controversée en cela que son oeuvre s’attire tant les passions les plus ferventes que les critiques les plus acerbes, Sofia Coppola s’est d’abord faite connaître comme actrice, notamment dans les films de son père[1], Francis Ford Coppola[2]. La réalisatrice a, à ce jour, dirigé 7 longs et moyens métrages – un huitième, On the Rocks, est en cours de production et devrait sortir dans le courant de l’année 2020.

Son cinéma est habité par des acteurs et actrices récurrentes[3], par un rythme… contemplatif, mais aussi par une constance dans les thématiques abordées : une certaine idée de la bourgeoisie, l’adolescence, l’ennui, l’isolement. Evidemment, ces thèmes se traduisent également dans le choix des villes et des décors dans lesquels la réalisatrice plante ses films.

Tokyo la nuit, dans Lost in Translation (2003)

Tokyo la nuit, dans Lost in Translation (2003)

De pauvres riches

Car les films de Sofia Coppola sont tous habités par des personnages venant de milieux sociaux aisés, de la upper middle class américaine qui fréquente les country clubs dans The Virgin Suicides, aux monarques en toute simplicité dans leurs palais, dans Marie-Antoinette, en passant par la haute bourgeoisie sudiste dans Les Proies, ou par les stars de cinéma (Lost in Translation, Somewhere, A Very Murray Christmas).

Nous n’avons pas les mêmes valeurs, dans Marie-Antoinette (2006)

Nous n’avons pas les mêmes valeurs, dans Marie-Antoinette (2006)

Et lorsque les protagonistes ne sont pas à proprement parler riches, ils et elles fantasment du style de vie et des richesses des stars. C’est le cas de la clique de The Bling Ring, qui cambriolent les demeures hollywoodiennes de Paris Hilton, Orlando Bloom ou encore Lindsay Lohan.

Ces stars de cinéma sont par ailleurs souvent en transit, à Tokyo, Los Angeles, Milan ou New York. Elles doivent donc résider à l’hôtel, qui est un objet urbain particulièrement important dans la filmographie de la cinéaste américaine. Cet espace est particulièrement intéressant car paradoxal : lieu de transit – on ne reste a priori qu’un temps dans un hôtel – il doit pourtant aussi se substituer au domicile personnel et donc créer un sentiment d’intimité. On est chez soi sans pour autant être dans son domicile.

Vue sur l’entrée du Chateau Marmont, célèbre hôtel hollywoodien où réside indéfiniment la star Johnny Marco, dans Somewhere (2010)

Vue sur l’entrée du Chateau Marmont, célèbre hôtel hollywoodien où réside indéfiniment la star Johnny Marco, dans Somewhere (2010)

Cette déconnexion d’une forme de réel induite par la richesse est à mettre en parallèle avec la vie même de la réalisatrice. Venant d’une des familles les plus puissantes du cinéma américain, elle a évolué dans des milieux inaccessibles à beaucoup d’entre nous. Avec son cinéma, Sofia Coppola se raconte et traite donc de ce qui lui parle. Lors d’une interview donnée à l’occasion de la sortie de Marie-Antoinette, elle déclare qu’elle fait d’abord des films pour sa famille et ses amis que pour le reste du monde. Pas étonnant que le commun des mortels perde pied et ne comprenne pas les motivations de ces personnages évoluant dans le luxe et la célébrité, et pourtant si désespérés.

Une réclusion dorée au coeur de l’urbain

Car l’hôtel agit également comme un isolement. De manière générale – et le cinéma de Coppola n’y échappe pas – on loge à l’hôtel parce que l’on n’a pas de pied-à-terre en ce lieu. La personne qui réside à l’hôtel est bien souvent étrangère à la ville dans laquelle elle se trouve. Dans Lost in Translation, la situation est même gigogne. Les protagonistes se trouvent un peu contre leur gré dans un pays dont ils ne comprennent ni la culture ni la langue, les isolant de facto. Et Bob passe le plus clair de son temps entre sa chambre d’hôtel, les studios de shooting et les restaurants alors qu’il pourrait découvrir Tokyo ; il faut l’impulsion de Charlotte, plus aventureuse, pour qu’il se hasarde dans la capitale japonaise. La situation est similaire dans Somewhere, puisque Johnny, dans le confort de sa suite au Chateau Marmont, n’a pas à se soucier des affres de la vie domestique ; là encore, c’est un élément extérieur, sa fille Cleo, qui va bousculer cette routine. Enfin, dans A Very Murray Christmas, l’isolement est absolu, puisqu’un puissant blizzard coupe les occupants du Carlyle Hotel du reste du monde.

Tu nous entends le blizzard ? dans A Very Murray Christmas (2015)

Tu nous entends le blizzard ? dans A Very Murray Christmas (2015)

Mais l’isolement prend d’autres formes que l’hôtel dans les films de la réalisatrice. Il y a bien entendu Versailles, dans Marie-Antoinette, qui isole la cour du reste d’un royaume en crise, et le Petit Trianon et le Hameau de la Reine, où la reine s’isole de la cour, en compagnie de ses suivants, et croit vivre une vie idéale de paysanne. Et il y a cette grande demeure sudiste de Virginie dans Les Proies, où vit la petite communauté de femmes. Ce domaine est fermé par un imposant portail, qui ne s’entrouvrira qu’en toute fin de film pour se débarrasser d’un élément malvenu sur la propriété.

Vous ne passerez pas, dans Les Proies (2017)

Vous ne passerez pas, dans Les Proies (2017)

La ville et l’habitat enferment donc plus qu’ils ne libèrent, créant un nouveau paradoxe (la ville existe d’abord parce qu’elle facilite et multiplie les relations entre personnes). Ce paradoxe est bien résumé par la scène de fin de Lost in Translation, où au milieu de la foule, Bob et Charlotte s’enlacent, seuls au monde.

You and me against the world, dans Lost in Translation (2003)

You and me against the world, dans Lost in Translation (2003)

Une adolescence en perte de repères

Enfin, s’il est un thème qui traverse la filmographie de Sofia Coppola, c’est celle de la fin de l’adolescence. Cumul des deux précédentes thématiques abordées ici – la richesse et l’isolement – cette adolescence sans repère erre sans but, dans un monde peuplé d’adultes qui au mieux les ignore, au pire les ridiculise, mais jamais ne les comprend. C’est le cas des soeurs Lisbon, de The Virgin Suicides, surprotégées par leurs parents depuis le suicide de Cecilia la cadette, et cloîtrées dans leur maison de Grande Pointe, suburb aisée proche de Detroit.

Une suburb des années 1970 bien comme il faut, donc ennuyante à mourir, dans The Virgin Suicides (1999)

Une suburb des années 1970 bien comme il faut, donc ennuyante à mourir, dans The Virgin Suicides (1999)

Même déclinaison pour la bande de The Bling Ring, qui cambriolent les riches pour tromper leur ennui et vivre pendant de courts instants les vies qu’ils ont rêvé devant les émissions de télé-réalité et les magazines people.

Cambriolage en cours chez Audrina Patridge, dans The Bling Ring (2013)

Cambriolage en cours chez Audrina Patridge, dans The Bling Ring (2013)

Cette omniprésence de la jeunesse dans le cinéma de Sofia Coppola se traduit également par les lieux et activités mises en scène. Les lieux d’enseignement – cours privés dans Les Proies, établissement public dans The Virgin Suicides ou lycée alternatif dans The Bling Ring – les lieux sportifs – patinoire dans Somewhere, terrains de tennis et de football américain dans The Virgin Suicide – ou les lieux de spectacle – inévitable “prom” dans The Virgin Suicide, clubs et boîtes de nuit dans The Bling Ring, salle de musique dans Les Proies – sont autant de façon de matérialiser la ville jeune. Mais les activités ayant lieu dans ces espaces sont fugaces et deviennent, en définitive, des palliatifs faibles face à l’ennui.

On l’aura compris, la ville de Sofia Coppola est utilisée à contre-emploi : là où elle devrait rassembler et créer des émulations, en réalité elle isole, d’abord spatialement, puis psychologiquement, ses personnages. La richesse des protagonistes ne les empêche pas de faire face à des crises existentielles les rendant apathiques. A ce moment, la ville peut devenir un terrain de jeu, mais encore une fois, ce divertissement sera fugace, sans impact profond sur leur être.

[1] Elle est nouvelle-née lorsqu’elle apparaît pour la première fois sur grand écran, dans le rôle non négligeable de la filleule de Michael Corleone dans Le Parrain. Elle a droit d’autres apparitions dans Le Parrain II, Outsiders, Rusty James, Cotton Club, Peggy Sue s’est mariée, Tucker et Le Parrain III.

[2] Alimentant ses détracteurs qui l’accuseront de népotisme par la suite.

[3] Si l’on doit associer Sofia Coppola à une actrice, ça sera sans nul doute Kirsten Dunst, qui apparaît dans pas moins de 5 films de la réalisatrice. Mais Coppola peut aussi compter sur Bill Murray, Elle Fanning ou encore son cousin Jason Schwartzman pour camper les personnages qu’elle écrit et filme.

{pop-up} urbain
+ 243 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir