La ville circulaire qui tourne rond ! – 2/2

Couverture du magazine La ville circulaire, City Design Lab © École de Design Nantes Atlantique
23 Mar 2022 | Lecture 3 min

Face aux mutations et transitions de notre monde, les villes doivent se réinventer. Végétal en ville, gestion des déchets, accès à la mobilité, réhabilitation des friches et place de l’éducation en ville : 15 étudiants de City Design lab de l’École de Design Nantes Atlantique ont imaginé des solutions pour « réparer » la métropole. Ils ont sillonné l’île de Nantes en quête d’éléments relatifs à ces cinq thématiques d’urbanisme circulaire en février 2022. Riches de cette exploration, ils nous livrent des propositions pour pe(a)nser la nouvelle ville. État des lieux. 

L’île de Nantes vue à travers 5 filtres

Cinq thématiques d’urbanisme circulaire

Dans le cadre d’un séminaire, 15 étudiants du City Design lab de l’École de design Nantes Atlantique, ont exploré les notions suivantes sur l’île de Nantes :

  1. la place du végétal en ville ;
  2. la gestion des déchets ;
  3. l’accès à la mobilité ;
  4. la réhabilitation des friches ;
  5. la place de l’éducation dans la ville.

Une méthodologie simple

Le protocole d’entretien établi était pragmatique et intuitif : les explorations et déambulations sur l’île de Nantes ont été le prétexte de rencontres hasardeuses, puis de discussions ou d’interviews avec des usagers locaux.

La complémentarité des compétences inhérentes à chaque étudiant (design d’espace, produit, transport, graphisme, interactivité) leur a permis de développer une démarche collaborative. Ils ont tous été portés par un même objectif : définir et répondre aux problématiques qui régissent leur territoire quotidien.

© École de Design Nantes Atlantique

Illustrations des étudiants du City Design Lab © École de Design Nantes Atlantique

1.La place de l’éducation en ville

Agir ensemble

Comment habite-t-on la ville aujourd’hui ? Quelle ville est à imaginer pour demain ? Des étudiants d’écoles supérieures situées dans le “Quartier de la création” à Nantes, seraient les futures têtes pensantes idéales pour porter cette réflexion.

En effet, les étudiants du City Design Lab ont remarqué le potentiel des synergies possibles existant entre les établissements d’enseignement supérieur situés sur l’île de Nantes. « Il est intéressant de penser à relier différentes écoles afin de promouvoir les échanges entre les étudiants et de mettre en place de nouveaux projets communs. Le but serait d’agir tel un incubateur afin de faire naître des projets et intérêts communs, notamment liés à la construction de la ville. L’idée serait d’ inclure activement le citoyen par un prisme social, en le mettant au centre de la création.»

© SAMOA

Les Halles en chantier, Quartier de la Création © SAMOA   

Sensibiliser à l’écologie

La notion d’écologie est désormais diffuse et prégnante, aussi bien dans les sphères politiques que sociales. Néanmoins, une enquête de l’Unesco “Getting every school climate ready, Education 2030” estime que le contenu éducatif relatif à l’écologie n’est que de 9 % en Europe et en Amérique du Nord. L’Europe souffre d’un vrai déficit en matière d’éducation à l’environnement et au développement durable. La sensibilisation reste de mise, plus que jamais, après la livraison du dernier volet de l’évaluation menée par le GIEC en février 2022.

L’écologie doit devenir un réflexe, un acquis et une routine. À la frontière du nouveau quartier de l’île de Nantes, les écoles auront facilement accès aux collectivités afin d’envisager la mise en route de projets communs, de manière concrète. Enfin, ces partenariats scolaires visent à sensibiliser les acteurs de demain à la ville du futur. Comment habitera-t-on cette ville ? À partir de quels piliers fondamentaux faudra-t-il la faire évoluer ?

2. Une mobilité diversifiée

Aujourd’hui la mobilité a pris une place importante dans notre quotidien. L’île de Nantes, qui tend vers une mobilité plus verte, dispose d’un réseau de transports divers. Les usagers qui habitent en périphérie utilisent plusieurs transports : on parle ici d’intermodalité.               

Extrait de séances d’observation par des étudiants du City Design Lab : « Lundi 21 février 2022, boulevard Général de Gaulle. Assises sur un banc face au paysage urbain, nous avons pu observer la cohabitation chaotique des différentes mobilités. Busways, voitures, vélos et piétons se partagent un seul et même axe de circulation, ce qui provoque un danger permanent pour tous les usagers. Par exemple, le vélo traverse au milieu des voitures sans trouver sa voie réservée, mettant en danger sa sécurité et celle des autres. »

© École de Design Nantes Atlantique

Outil développé par les étudiants du City Design Lab © École de Design Nantes Atlantique

Plusieurs voies d’accès à une nouvelle mobilité ont été tracées par les étudiants :

  • réduire de – 67 % le trafic de voitures à l’heure pointe en privilégiant le covoiturage ;
  • créer 3 nouvelles lignes pour le futur tram qui reliera les différentes communes de la métropole ;
  • mettre en place de nouvelles de lignes de busways pour faciliter l’accessibilité aux communes périphériques ;
  • installer 4 nouveaux types de voies cyclables et production de 450 000 bicloos mis à disposition ;
  • créer 22 km de ligne verte pour encourager le piéton à marcher et à désengorger les transports en commun.

3. Les déchets

Le BTP et l’industrie sont des domaines très gourmands en énergie et en matériaux. Ils représentent 40 millions de tonnes annuelles de déchets dans le secteur du bâtiment en France. Ces destructions de bâtiments génèrent des déchets en masse non réutilisables. Or, il est possible de déconstruire un bâtiment en sélectionnant et en préservant les éléments de valeur à des fins de réutilisation.

Parmi ces déchets, on retrouve 75 % de déchets inertes (béton, brique, verre), 23 % de déchets non dangereux (bois, plastiques, métaux) et 2 % de déchets dangereux (amiante, terres excavées polluées).

© École de Design Nantes Atlantique

Outil développé par les étudiants du City Design Lab © École de Design Nantes Atlantique

À l’échelle de l’île de Nantes, les étudiants ont répertorié sur une carte le nombre de colonnes enterrées, de colonnes aériennes, de dépôts sauvages et de voies de cheminement des déchets vers les entreprises de traitement des déchets.

4-5. Les friches nantaises et la végétalisation de la ville

Environ 2500 friches industrielles sont recensées en France. Le réinvestissement de ces espaces délaissés, souvent nichés aux cœurs de nos agglomérations, est un enjeu majeur. Réinvestir les friches, c’est œuvrer pour la maîtrise de l’étalement urbain. De plus, ces espaces sont porteurs d’enjeux environnementaux, urbains, économiques et sociaux. Les étudiants ont observé différentes friches, réhabilitées ou non, au niveau de l’Île de Nantes.

© École de Design Nantes Atlantique

Croquis des étudiants du City Design Lab © École de Design Nantes Atlantique

En outre, avec ses 180 hectares d’espaces naturels, Nantes est classée 2e ville la plus verte en 2020. C’est la ville “aux 100 jardins” ! Un parc est présent à moins de 500 m de chaque domicile et un espace vert à moins de 300 m. Il est impératif de poursuivre le développement de la végétalisation de la ville et de requestionner certains lieux, tels que les friches, possédant une riche biodiversité.

© École de Design Nantes Atlantique

Simulation d’une ville plus verte par les étudiants du City Design Lab © École de Design Nantes Atlantique

Les étudiants ont repéré plusieurs pistes à déployer pour promouvoir la végétalisation de la ville :

-> le projet “L’étoile verte” qui valorise le végétal urbain nantais, porté par la ville de Nantes (https://metropole.nantes.fr/sortir/vie-locale/nature/ville-verte) ;

-> la notion de Tiers Paysage, mise en avant par Gilles Clément. Au lieu de sous-estimer les espaces inexploités par l’homme (friches & marais), comment changer les regards et valoriser leurs précieuses potentialités ? Le développement de la biodiversité a tout à y gagner.

-> le concept de Biorégion qui permet de repenser le territoire en fonction de la biodiversité. Chaque biorégion possède ses propres espèces végétales, animales et sa propre typologie de sol : comment imbriquer des installations humaines adaptées à celles-ci et préserver la faune environnante ?

Les cinq filtres “circulaires” utilisés par les étudiants permettent de soigner la ville, de la respecter et la faire grandir sans l’abîmer. Ils dessinent la ville comme un ensemble d’écosystèmes complémentaires, dépendants et nourriciers qui recyclent notre regard sur l’existant et ses possibles, avec des interventions d’un design qui se veut “réparateur”. Pour que le modèle de ville actuelle ne tourne plus en rond, mais tourne rond !

L'École de design Nantes Atlantique
+ 170 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir