La ville circulaire qui tourne rond – 1/2

16 Mar 2022 | Lecture 3 min

Aujourd’hui, notre monde en perpétuelle mutation fragilise les villes. Elles ont besoin de s’adapter très rapidement à de nouveaux enjeux d’urbanisme durable. 15 étudiants de City Design lab de l’École de Design Nantes Atlantique ont imaginé la façon dont on pouvait régénérer la ville. Comment agir à l’échelle de son quartier ? Les étudiants ont imaginé de nouvelles formes souples et collaboratives de participation citoyenne pour créer de nouveaux modèles urbains. Comment des communautés d’habitants peuvent-elles s’approprier une réflexion et agir pour une ville plus durable, résiliente et surtout sur un mode circulaire ? Comment repérer des opportunités d’améliorations urbaines et les mettre en œuvre ?

Un chantier à défricher : l’île de Nantes

La ville circulaire, une définition

Le concept de ville circulaire a été élaboré par l’urbaniste nantais Sylvain Grisot :

« L’urbanisme circulaire est un modèle alternatif inspiré des principes de l’économie circulaire appliqués à la fabrique de la ville. C’est un appel à inverser les priorités en allant chercher la réponse à nos besoins de développement urbain dans l’emprise de la ville déjà là. Les boucles de l’urbanisme circulaire sont donc des alternatives à la consommation de nouveaux sols naturels ou agricoles.» Ce modèle reprend les 5 R de l’économie circulaire : réduire, réutiliser, recycler, rendre à la terre.

© Jean-Charles Queffélec.

Schéma de l’économie circulaire

15 étudiants du Design City Lab en action

Dans le cadre d’un séminaire, 15 étudiants du City Design lab de l’École de design Nantes Atlantique, ont disséqué le concept de la ville circulaire. Ils ont ensuite parcouru plusieurs lieux stratégiques sur l’île de Nantes s’appuyant sur 11 filtres pour observer, analyser et imaginer une amélioration de l’existant :

  • les espaces verts ;
  • les espaces arborés ;
  • le nombre d’accidents recensés entre 2015 et 2019 ;
  • les zones de friches ;
  • les établissements d’enseignement supérieur ;
  • les établissements d’enseignement primaire/secondaire ;
  • les lieux de pratique numérique ;
  • les colonnes enterrées ;
  • les colonnes aériennes ;
  • les dépôts sauvages ;
  • le cheminement vers les entreprises de traitement des déchets.

Leur objectif ? Dresser un état des lieux de 5 chantiers identifiés comme étant prioritaires : la place du végétal en ville, la gestion des déchets, l’accès à la mobilité, la réhabilitation des friches et la place de l’éducation en ville.

Un brainstorming géant

Afin de consigner leurs observations et recherches, les étudiants se sont approprié tous les murs de leur salle de cours. Ils ont conçu un support visuel de grande taille afin que chacun puisse identifier des potentialités d’intervention. Cet outil a également servi à alimenter le débat entre les participants. L’accompagnant Julien Dupont les a guidés tout au long du projet.

©Getty images

L’île de Nantes dessinée par les étudiants du City Design Lab, École de design Nantes Atlantique ©Jean-Charles Queffélec

La carte de l’île de Nantes, schématisée, a été placardée sur le mur. Au fur et à mesure du travail d’immersion (5 jours), les jeunes designers y ont ajouté des dessins, schémas et notes provenant directement de leurs recherches de terrain. Ce brainstorming géant a recensé et regroupé un condensé d’idées, ensuite mises au clair sur le papier. Ainsi, une vue d’ensemble du sujet a nettement émergé.

Quels leviers pour la ville circulaire ?

1- Impliquer des collectifs d’habitants pour améliorer nos villes

Les étudiants ont fait le constat suivant : pourquoi, au-delà du rôle majeur que joue l’institution dans la gestion de la cité, ne pourrait-il pas y avoir des actions collectives citoyennes complémentaires ? La transition des villes vers un urbanisme plus circulaire pourrait s’accélérer grâce à la constitution de collectifs d’habitants sensibilisés à la question de l’économie circulaire.

© Jean-Charles Queffélec

© Jean-Charles Queffélec

En fédérant des citoyens aux profils et aux talents variés dans une communauté qui connait son environnement et les enjeux de son quartier, l’action urbaine prend une autre ampleur. Cela permet aussi de diminuer les coûts inhérents à l’entretien des espaces et des services urbains existants.

2- Définir des outils de médiation simples et joyeux

-> un magazine diffusé localement

Le magazine créé par les étudiants du City Design Lab relate le protocole d’études effectué par les graines de designers. Il informe les habitants des 5 thématiques identifiées et liées à la ville durable. Enfin, il recense les observations réalisées à travers le prisme de la ville circulaire sur l’île de Nantes. Dans le magazine, un livret détachable est destiné au lecteur : il l’invite à s’immerger à son tour dans son quartier pour s’en emparer et devenir acteur.

-> un livret interactif pédagogique engageant…

Le carnet a été conçu pour accompagner tout utilisateur dans sa démarche d’investigation. Il permet d’imaginer la ville autrement. Il guide le curieux vers certains sites de la ville et le sensibilise à une méthodologie simple pour observer l’existant. Ensuite, le citoyen consigne et partage le fruit de ses recherches sur la plateforme numérique ville circulaire.               

 

© Jean-Charles Queffélec.

Extrait du livret pédagogique « À vous de jouer ! » 

-> … pour se réunir, débattre et initier de nouvelles actions !

 Mise en situation : un citoyen découvre la notion de démarche circulaire, grâce à la lecture du livret pédagogique distribué dans le quartier. Il souhaite agir à son échelle et se rallier à une communauté locale sensible aux questions d’écologie. La plateforme numérique sur laquelle il a été redirigé via un QR code, le met immédiatement en lien avec à la communauté de son quartier.

Il est ensuite accueilli dans cette communauté qui l’écoute et prend en compte ses remarques. Celle-ci organise la gestion et l’entretien des services de quartier, tout comme elle initie de nouveaux projets urbains, issus de l’intelligence collective.

À terme, des “génies de la ville circulaire” sont identifiés et responsabilisés : ils synthétisent les données fournies par les habitants de leur communauté, gèrent l’entretien des espaces et font grandir leur communauté en la reliant à d’autres communautés citoyennes. Au niveau national, les génies de la ville circulaire prennent contact avec les institutions et entreprises publiques pour leur soumettre des projets liés à l’urbanisme circulaire.

Voici des outils simples et un regard collectif qui porte loin pour une ville qui récupère, répare, prend soin de ses habitants et favorise une boucle écoresponsable essentielle à notre survie.

L'École de design Nantes Atlantique
+ 162 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir