Favoriser l’adoption de nouveaux comportements en situation de crise

28 Avr 2020 | Lecture 3 minutes

Comment la crise sanitaire que le monde vit actuellement peut-elle être porteuse d’innovations ? Au lendemain du confinement, c’est la question à laquelle 50 étudiants de L’École de design Nantes Atlantique ont tenté de répondre. Nom de code de l’opération : « coronathon ». But affiché : répondre à un appel à projets du Global Grad Show, un salon international de référence sur le design qui se tient habituellement à Dubaï. Ainsi, ces jeunes étudiants en première année de cycle master issus de métiers différents (espace, produit, graphisme et interactivité) et d’horizons divers (spécialités Care et City) ont testé par groupes de 3 à 5 personnes de nouvelles manières de travailler, ont expérimenté des outils collaboratifs, ont proposé des solutions. Le tout, chacun dans sa chambre ou son salon et pour une durée de deux semaines, afin de nous interroger sur les façons de changer nos modes de vies et de nous préparer aux crises à venir. Retours sur leurs propositions

 

Aider les populations à bien comprendre les gestes à adopter et leurs enjeux

On le constate tous les jours, difficile de faire appliquer à la lettre les règles du confinement et de maintenir des bons gestes. Si les campagnes de prévention se sont multipliées sur différents supports (affiches, campagnes télévisées et radio…) il n’en demeure pas moins que la tonalité est toujours la même et ne convient pas forcément à tous les usagers. Ainsi, Jade Ayoul, Morgane Givelet, Clara Jaloux, Esther L’Hostis et Jeanne Perrine se sont demandées comment transmettre ces informations aux plus jeunes. Elles ont imaginé Eli, un jeu de cartes éducatif permettant d’adopter les bons gestes mais également de comprendre leur intérêt. Le jeu en lui-même serait réalisé en matériaux lavables pour éviter qu’il soit un support de contamination. En ramenant davantage de ludique, elles entendent montrer que ces comportements ne sont pas une contrainte mais ont un réel bénéfice.

© Jade Ayoul, Morgane Givelet, Clara Jaloux, Esther L’Hostis et Jeanne

 

Prévenir la diffusion du virus dans les commerces

Les caissiers. On les applaudit tous les soirs, ils sont désormais considérés comme des héros du quotidien. Ils sont particulièrement exposés aux contaminations et pourtant ils sont indispensables au bon ravitaillement de nos foyers. Alors comment faire en sorte que ces magasins de première nécessité ne soient plus un lieu de propagation du virus ? C’est la question à laquelle ont tenté de répondre Camille Jurdit, Astrid Macarez et Laura Piekolek. Leur projet prend place à l’intérieur des commerces. Il mêle un espace sanitaire où le client pourrait se désinfecter les mains et s’informer sur les gestes barrière, des chemins balisés à suivre selon les besoins du consommateur afin de respecter les distances y compris en flânant dans les rayons, et enfin, à la caisse, un système permettant de conserver les bonnes distances et d’éviter le contact avec le caissier. Ainsi, le client pourrait être davantage guidé dans son parcours utilisateur.

© Camille Jurdit, Astrid Macarez et Laura Piekolek

 

Prévenir la diffusion du virus dans les transports en commun

Depuis bien avant l’apparition du covid-19, les transports en commun sont considérés comme un vecteur de transmission des virus et des bactéries. La fameuse barre d’aide au maintien est pour certaines personnes digne des plus grands films d’horreur en raison de tous les microbes qui s’y promènent librement. Avec le covid-19, les transports deviennent des lieux stigmatisés pour leur dangerosité potentielle en matière sanitaire. C’est pourquoi Juliette Bureau, Léon de Coninck, Pierre-Antoine Masse, Bruno Miloux et Simon Paugam ont imaginé une solution permettant de se désinfecter les mains sur le quai mais aussi à l’intérieur de la rame de transport. Intitulé Gel-e, ce distributeur du précieux gel hydro-alcoolique pourrait être activé à l’aide du titre de transport de l’usager. Il serait facilement adaptable sur différents supports (abribus, barre de maintien…) et pourrait être rechargé aisément. Cette solution permettrait à tout un chacun d’avoir accès à une hygiène de base et de renforcer la sécurité sanitaire dans des espaces publics particulièrement exposés.

© Juliette Bureau, Léon de Coninck, Pierre-Antoine Masse, Bruno Miloux et Simon Paugam

 

Par Zélia Darnault, enseignante à L’École de design Nantes Atlantique

L'École de design Nantes Atlantique
+ 136 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir