Des parures chatoyantes pour la Place Royale

©Laura Tréguer - Margaux Sellier  & Camille Léauté , Scenarii d’usages, La Vague
26 Oct 2022 | Lecture 3 min

Le pop-up store ou magasin temporaire, connaît un fort succès depuis les années 1990. Ce commerce éphémère apparait aussi vite qu’il disparait. Chouchou des marques, ce type de boutique ose toutes les folies créatives, car il cherche à se démarquer et à offrir à l’utilisateur une expérience unique. Le pop up store intrigue et invite le passant. Il héberge une expérience culinaire, des jeux immersifs ou un atelier relooking. Il ouvre la porte à la rêverie, au plaisir et à l’excitation de la nouveauté. À Nantes, la Place Royale trône en cœur de ville, mais sa garde-robe manque de diversité. Des étudiants de l’École de design Nantes Atlantique lui ont conçu de nouvelles étoffes captivantes.  

Des pop-up stores natures

Reliés aux éléments eau et terre

La Vague

Des étudiants du City Design Lab de l’École de design Nantes Atlantique, en partenariat avec Nantes Métropole et la Compagnie de Phalsbourg, ont imaginé une série de pop-up stores pour vitaminer le centre-ville de Nantes et plus particulièrement l’emblématique Place Royale. Sa célèbre fontaine monumentale, ornée de nymphes et de génies assis sur des dauphins, incarne l’identité fluviale de la ville. Laura Tréguer, Camille Léauté et Margaux Sellier, étudiantes en M1 de City Design, ont créé le pop-up store La Vague en référence à l’élément eau. Leur but ? Réchauffer la colorimétrie minérale et terne de la place avec des vagues de couleur vives. Les passants, qui ont l’habitude de traverser la place sans s’y arrêter, font face à La Vague et se sentent invités à entrer.

L’œuvre monumentale, créée par un artiste, permet à chaque marque d’investir un lieu original, attirant et différent. Habillant le pop-up store originel, elle s’insère dans l’identité artistique globale de la ville de Nantes. Une fois déplacée, elle renaît et occupe l’espace d’un autre quartier de la ville. Selon le rythme de location des pop-up stores par les marques, les oeuvres changent, proposant des installations sans cesse renouvelées.

©Laura Tréguer - Margaux Sellier  & Camille Léauté , Scenarii d’usages “Exemples de marques”, La Vague

©Laura Tréguer – Margaux Sellier  & Camille Léauté , Scenarii d’usages “Exemples de marques”, La Vague

©Laura Tréguer - Margaux Sellier  & Camille Léauté , composition du pop-up store, La Vague

©Laura Tréguer – Margaux Sellier  & Camille Léauté , composition du pop-up store, La Vague

Processus :

  1. La marque loue un pop-up store de la Place Royale ;
  2. Elle fait appel à un artiste pour habiller la structure ;
  3. Elle profite de l’affluence de la place ;
  4. Une fois la location de la marque terminée, l’oeuvre est désolidarisée du pop-up store pour être déplacée ;
  5. La création est réimplantée à un autre endroit de la ville.

La marque devient visible, se fait connaître, teste de nouveaux produits auprès de son public et se transforme en expérience mémorable pour le visiteur. La programmation des oeuvres artistiques se fait sur le principe du mécénat. La marque engage des artistes afin que leurs créations se succèdent sur la place. Suite à leur exposition sur la Place Royale, les créations sont léguées à la ville et migrent vers d’autres zones de la cité.

Petite Oasis Royale

D’après le groupe du City Design Lab composé de Emilie Bousseau, Hortense Langlo, Yanne Bertin et Camille Cinélu : « Le constat de la forte minéralité de la place nous a décidés à proposer un concept dans lequel la végétation est très présente : un îlot de fraîcheur sur la Place Royale. Ce premier concept se nomme “Petite Oasis Royale”. »

Des passages végétalisés relient les pop-up stores entre eux et offrent au piéton une bulle d’évasion luxuriante, à l’image d’un projet intitulé Palabre et conçu par des étudiants du City Design Lab. Un groupe d’amis faisant du shopping dans le centre-ville de Nantes pourrait apprécier, à un moment de leur journée, de faire une petite pause au milieu de ce cocon de verdure. De plus, Petite Oasis Royale sert également de refuge pour les passants victimes d’un soleil mordant ou d’une pluie battante.

© Croquis réalisé par Emilie Bousseau, Hortense Langlo, Yanne Bertin & Camille Cinélu

© Croquis réalisé par Emilie Bousseau, Hortense Langlo, Yanne Bertin & Camille Cinélu

La végétation locale s’enroule autour d’une structure en métal à la forme organique, tandis que des panneaux en bois coulissants donnent à voir des parties de chacun des pop-up stores. Le mobilier d’ombrage, lui,  se construit autour de panneaux verts transparents et de plastique recyclé.

Là où l’art règne

Le pop-up store comme espace de (t)rêve

Reflets à Flots offre une véritable expérience sensorielle et immersive. Cet espace étonnant invite l’usager à redécouvrir la Place Royale autrement. Des miroirs et des vitres sans tain affolent le regard qui rebondit sur tous les éléments qui la composent. Les yeux cherchent leur chemin, on perd ses repères tandis que le clapotis de la fontaine s’amplifie au moment où l’on passe d’une structure à l’autre.

© Scénarii d’usage, Reflets à flots, Charlotte Rucki, Anael Andreani, Apolline Baylaucq & Julia Cabresin

© Scénarii d’usage, Reflets à flots, Charlotte Rucki, Anael Andreani, Apolline Baylaucq & Julia Cabresin

Des rigoles d’eau au sol empruntent le motif organique de l’écoulement d’eau et guident l’usager lors de sa déambulation sur la place. Cette signalétique se décline aussi en mobilier urbain qui accueille le piéton, le temps d’une pause contemplative.

Selon ce troisième groupe d’étudiants du Design City Lab composé de Charlotte Rucki, Anael Andreani, Apolline Baylaucq et Julia Cabresin : « Nous avons trouvé intéressant de jouer entre différents matériaux, la superposition et les couches de matières, les couleurs, les reflets ou encore les effets de transparence, dans l’objectif d’intriguer le client (…) avec le “voir sans être vu”. Mais aussi, il s’agissait de créer une interaction entre les clients, la structure et la place. »

L’art pour orchestrer l’harmonie urbaine

Le groupe d’étudiants ayant travaillé sur La Vague a conçu un deuxième dispositif : l’Arche. Promenade piétonne à l’image d’un marché ouvert, elle aide les flux de piétons à cheminer dans le même sens et recrée une harmonie en ville. « Nous nous sommes inspirées du Passage Pommeraye avec ses arches (…)  ainsi que du Pavillon modulable de Bouroullec pour créer un pop-up store avec des modules additionnables.»                   

Le concept de L’Arche fait écho à l’identité artistique de Nantes, à l’image des Anneaux de Buren, ou de l’escalier arc-en-ciel du cours des 50 otages. Ce type d’installation prolonge une identité créative qui essaime et colore déjà le paysage urbain nantais. En reprenant le principe d’un marché ouvert, le projet métamorphose les usages de la Place Royale.

©Laura Tréguer - Margaux Sellier  & Camille Léauté , Scenarii d’usages, L’Arche

©Laura Tréguer – Margaux Sellier  & Camille Léauté , Scenarii d’usages, L’Arche

En déclinant divers formats colorés, végétalisés, méditatifs ou artistiques, le pop-up store nous invite à décadrer notre regard sur la ville au quotidien. Il porte aussi de nouvelles offres commerciales dans un centre-ville dont les enseignes se diversifient lors d’expérimentations temporaires…

La Place Royale opère sa mue au fil des saisons et revêt différents accessoires et costumes, offrant au passant un moment inoubliable. L’expérience d’achat devient intrigante, inspirante ou joyeuse. Elle se déroule dans un cadre urbain créatif qui résonne fortement avec l’identité culturelle de la ville de Nantes.

 

L'École de design Nantes Atlantique
+ 170 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir