Demain la ville dans le rétro! Du cerf au hibou, cohabiter avec les animaux

Un cerf sika à Nara au Japon © Wally Gobetz/Flickr
26 Juil 2022 | Lecture 2 min

Place à un nouvel épisode de notre série rétroprospective anniversaire « Demain la ville dans le rétro ! » qui reprend des prédictions énoncées il y a déjà 10 ans et témoigne de leur évolution à l’heure d’aujourd’hui en testant leur fiabilité face aux défis actuels.

Dans le parc municipal de Nara, une ville au sud de Kyoto au Japon, vivent plusieurs centaines de cerfs sika. Plus petits que les cerfs européens, leur dos est tacheté de blanc comme celui du daim. Ils évoluent librement dans ce parc qui abrite un sanctuaire shintō, sortant parfois pour se promener en ville et grignoter sur les étals des commerces. Pour eux, la circulation s’interrompt. Évidemment très mignons et familiarisés aux êtres humains, c’est une curiosité célèbre de la ville. Ils rameutent chaque année plus d’un million de touristes qui viennent les nourrir et les caresser.

Cette ville est trop petite pour nous deux

Leur présence durable en milieu urbain en fait un cas d’étude assez parlant pour comprendre la cohabitation entre les hommes et les animaux. Sacrés pendant plusieurs siècles, s’en prendre à eux fut très longtemps passible de la peine capitale. Leur population a ainsi grandi jusqu’à la guerre du Pacifique, quand les habitants affamés ont commencé à les manger. Depuis 1957, ils sont protégés par la loi japonaise qui leur reconnaît le statut de « trésor naturel ». Mais aujourd’hui, ce trésor pullule, ce qui n’est pas sans effet dans l’équilibre de l’écosystème local.

Dans le parc, les plantes préférées des cerfs sont désormais menacées de disparition, alors que les plantes qu’ils dédaignent prolifèrent. Certains arbres ont dû être grillagés pour protéger leur écorce. Aux alentours, les paysans accusent des dégâts de plus en plus importants sur leurs cultures. Dans une autre région du Japon, une étude a observé que la surpopulation de cerfs sika augmente le nombre de vers de terre et d’insectes sur une parcelle, ce qui accroît ensuite la population d’omnivores (notamment des blaireaux). Ces effets en cascade sont souvent difficiles à prévoir et à contrôler, ils illustrent bien l’équation délicate qui se met en place lorsque les urbains cohabitent avec les animaux. Et cela ne surprendra personne d’apprendre que chaque année des dizaines de touristes se font mordre par des cerfs à Nara.

La bonne distance

Ainsi, l’animal sacré, mignon, vecteur de tourisme, est soudain devenu un parasite. En 2017, la préfecture de Nara a donc lancé un programme de régulation de la population des cerfs. Il autorise la capture et l’abattage de 120 bêtes sur l’année, si celles-ci s’éloignent trop du parc et de la ville. « Nara a une longue histoire de vie en harmonie avec les cerfs, nous voulons continuer nos efforts pour coexister en paix tout en protégeant les récoltes » a expliqué un représentant local.

Le cas de Nara est particulier puisqu’il naît dans une croyance locale. Mais on voit comment une ligne se trace peu à peu entre la cohabitation harmonieuse et la nuisance. Cette « bonne distance » est au cœur des travaux de la philosophe Joëlle Zask, que nous avions interviewée dans cet article. Le même phénomène est similaire pour les perruches qui se multiplient en Ile-de-France depuis les années 1970. Bien qu’elles soient considérées comme une espèce exotique envahissante, elles ne semblent pas poser de problème pour leur écosystème. Par contre, elles provoquent des nuisances et exaspèrent certains riverains. De la même manière que les insectes le font dans certains écoquartiers.

En Angleterre, une association a fait un marquage au sol pour sensibiliser les cyclistes à la présence de canards © The Canal & River Trust

En Angleterre, une association a fait un marquage au sol pour sensibiliser les cyclistes à la présence de canards © The Canal & River Trust

Aménager les écosystèmes

Ces dix dernières années, à la faveur de la crise environnementale, l’aménagement urbain a évolué : il n’agit plus comme un monde artificiel, repoussoir de nature. Il s’est végétalisé pour lutter contre la chaleur et la pollution, mais pas seulement. Il a aussi admis que la ville abritait des espèces et qu’elle reproduisait des écosystèmes. Dès lors, il était possible de les comprendre et de les encourager.

Depuis 2009, les trames vertes et bleues tentent de créer des continuités entre les réservoirs de biodiversité d’un territoire. L’idée est de recréer des corridors de circulation des espèces, là où l’artificialisation a morcelé les milieux naturels. Favoriser ces déplacements permet aux animaux de trouver refuge, de se nourrir et de se reproduire. De même, la loi Labbé de 2017 a interdit l’usage des produits phytosanitaires dans les espaces verts et la voirie, ce qui a permis le retour de « mauvaises herbes » et favorisé le retour d’insectes (et permettra même, à terme, le retour de leurs prédateurs).

La tonte aussi a évolué, comme dans le parc George Valbon à la Courneuve, largement classé Natura 2000. Celui-ci rompt avec une tradition de paysagisme à la versaillaise pour une gestion dite écologique ou “différenciée”. On y fait des économies d’eau, du recyclage des ressources, un minimum d’intervention, des zones de friches sauvages… Depuis 2012 également, les membres du collectif des Bergers Urbains élèvent des moutons en Seine-Saint-Denis et les font paître dans les parcs. S’inspirant du pastoralisme, ils défendent une « gestion paysanne des espaces ouverts ». Les animaux taillent ainsi les haies et les prairies, et leurs déjections servent d’engrais.

L’oeil du chasseur

Dans ce contexte, la pandémie a servi d’électrochoc. Avec le calme du confinement, des espèces sauvages se sont approchées des centres villes un peu partout dans le monde, créant des chocs symboliques assez fort pour les habitants. La discussion de la destruction des habitats naturels – qui favorise l’émergence de zoonoses – a ainsi trouvé une très forte caisse de résonance.

Thomas Jean, le youtubeur derrière la chaîne La Minute Sauvage, filme des animaux sauvages en milieu urbain depuis 2017. À la manière des meilleurs documentaires animaliers, il fait des affûts pour observer un hibou grand duc, des renards ou un martin pêcheur. Il dénonce l’artificialisation des friches qui servent de refuge de biodiversité à Bruxelles. Et dans le même temps, il remarque que des riverains qui nourrissent des renards sauvages dans leur quartier favorisent des phénomènes de surpoids et des problèmes de santé…

Hibou grand-duc en ville en Belgique © La Minute Sauvage/Facebook

Hibou grand-duc en ville en Belgique © La Minute Sauvage/Facebook

Depuis 10 ans, le regard est en train de changer sur les animaux en ville. On commence enfin à se dire qu’avoir des abeilles, des renards, des pigeons ou des insectes n’est pas forcément une mauvaise chose. Mais toute la question est de trouver la distance avec eux.

Usbek & Rica
+ 685 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir